Revenir en haut Aller en bas

Naruto Hentai

Forum interdit aux moins de 18ans.

  • Histoires v1
  • Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    You are my toy ! [Lucy]

    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 23 Fév - 16:02
    Cette fois-ci encore j'avais pour mission de récolter des informations sur Konoha, de la part d'un nouveau client. Décidément tout le monde voulait des informations sur le village du pays caché du feu, en ce moment, c'était déjà la troisième mission de cet ordre cette semaine. Et bien sure comme à chaque fois on voulait que je soutire les informations à un jounin... Le meilleur endroit pour en trouver isolés était de mémoire la forêt, alors je m'y rendais tôt dans l'espoir d'y apercevoir une kunoichi d'un rang supérieur, à qui je pourrais soutirer des informations. De ce côté là je n'avais pas eu à chercher bien longtemps, une jeune blonde semblait totalement isolé dans la forêt alors qu'un sourire carnassier se dessinait sur mon visage presque angélique, un visage doux et bien trompeur sur ma personnalité...

    Retourne toi doucement... sans aucun geste brusque, n'essaye même pas de riposter.

    Le ton était donné alors qu'une jeune femme blonde semblant affaiblie me faisait face, elle rentrait surement d'une mission périlleuse à en juger par la quantité de chakra restant en elle. Alors j'en profitais, ne lui laissant pas plus de temps pour comprendre ce qui se passait, un clone aqueux s'approchant doucement d'elle par derrière. En plus d'être surement une jounin au vu de sa quantité de chakra que je ressentais grâce à ma capacité sensorielle, il s'agissait d'une bien belle jeune fille, blonde tout comme moi. Je m'en léchais les lèvres tel un prédateur avant que le clone ne se saisisse d'elle par derrière, en lui plaquant devant ses voix respiratoire un chiffon imbibé d'un puissant soporifique.

    Ne te débat pas... laisse toi faire... ce sera plus rapide...

    Il ne fallut pas bien longtemps avant que son corps ne se relâche dans un sommeil profond, me laissant un quartier libre total sur son corps. Toutefois nous étions beaucoup trop proche du village de Konoha pour que je me sente en sécurité, il fallait se déplacer dans un lieu plus reculer... un lieu que je connaissais bien pour y avoir déjà mener un interrogatoire. Ainsi agrippée à mon dos et toujours dans un profond sommeil, il me fallut bien 30 minutes pour parvenir à un endroit assez isoler, entourer d'arbre ou une large rivière coulait. Une fois installer je sortais une longue corde, avant d'allonger la belle blonde contre un arbre pour la ligoter au tronc, en position assise et en plaçant un long morceau de scotch sur ses lèvres pour la bâillonner. Désormais Junin ou non, elle était assez entravée pour me causer aucun tort et il était inutile de la laisser roupiller plus longtemps.

    Debout Dis-je d'une voix ferme en éclaboussant son visage à l'aide d'une bulle d'eau, pour la réveiller.

    Je m'approchais de la blonde pendant qu'elle ouvrait difficilement les yeux, la fixant en souriant et en posant une main sur l'une de ses joues. puis, je retirais lentement le scotch qui la bâillonnait, en lui faisant signe de ne pas hurler pour appeler de l'aide.

    Bon on va passer les formalités, je veux des informations sur ton village mais tu me les donneras pas même si je te le demande le plus gentiment du monde, les ninja de Konoha ne sont pas du genre à trahir leur village.

    J'englobais son visage d'une bulle d'eau qui l'empêchait alors de respirer, me contentant d'attendre ses premières plainte avant de la laisser respirer en brisant la technique.

    Ca, c'était juste un petit avant gout de ce qui t'attends ma belle, je me disais que ça te donnerait peut être plus envie de parler en te montrant en premier de quoi j'étais capable. Pour commencer tu va me dire qui tu es, ton grade, et quels sont tes relations avec les hauts placés de Konoha. En tant que déserteuse de Kiri je n'aurais aucun scrupule à user de toute les méthodes, même les plus basses pour te soutirer des informations sur ton village.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Lun 23 Fév - 16:54
    Encore une longue et dur... mission qui s'achevait enfin, embrigadé dans une mission difficile depuis des jours j'étais éreintée. Pour oublier les combats difficiles et les kilomètres que j'avais parcourue seule et à pied qui plus est, je décidais de me rendre dans un lieu paisible où j'étais certaine de ne croiser personne. Un endroit idyllique pour les rencontres coquines et les soirées un peu hot entre copines, cette endroit me rappelait ces moments si plaisants que j'y avais passer quelques mois plus tôt. Ma réserve de chakra était en zone rouge contrairement à moi et las de tout cela je me posais sur un simple rocher tout en dégustant une boulette de riz qu'il me restait de mon voyage. L'esprit gambadant comme il lui plaisait je ne sentais même pas la présence de celle qui m'espionnait depuis un bon moment.

    Et alors que je pensais être finalement en paix, une ombre apparaissait de nulle part et m'attrapait avant de placer un étrange morceau de tissu sur le visage. N'apercevant que vaguement la silhouette d'une jeune femme blonde avant de tomber dans les bras de Morphée sans même avoir le temps de répliquer. Amatrice... Il n'y avait pas d'autre mot pour définir mon comportement, mon esprit s’éteignait peu à peu pour finalement se transformer en obscurité totale. Après cette période de vide totale qui me paraissait une éternité, une giclée d'eau venait me ramenait à moi et laisser apparaître une fois encore cette étrange jeune fille dont j'ignorais tout  de A à Z. Elle était aussi jolie que je le pensais, même si la situation n'était pas réellement propice à la drague.

    Debout

    Directement après mon réveil un peu violent la kunoichi me faisais part de ses attentes qui risquaient de ne pas voir le jour de si tôt. Des informations sur le village de Konoha no kuni, encore une personne  avec de mauvaises intentions. J'avoue que mes pensées n'étaient pas non plus très bonnes au moment où je la regardais, mais là n'était pas la question. Préférant rester muette comme une carpe je la regardais droit dans les yeux sans laisser paraître la moindre émotion. J'essayais de trouver une faille en elle pour retourner la situation qui s'avérait plus que compliquée, j'étais seule, attachée à un arbre et droguée pour couronner le tout. Un grand moment de solitude en perspective ma grande....

    Pour m'aider à lui donner ce qu'elle voulait la déserteuse de Kiri no kuni usait d'une de ses techniques aqueuses pour m'enrober le crâne d'une bulle d'eau et ainsi me priver du précieux oxygène dont j'avais besoin. Retenant au maximum ma respiration, je finissais par céder et montrer des signes de faiblesses qui semblaient d'ailleurs grandement lui plaire. Une sadique... Je venais de tomber sur une sadique en puissance, j'allais passer un sale moment en sa compagnie je ne disais rien, mais livrer mon village aussi facilement était hors de questions. Je l'écoutais donc faire sa réplique tout en essayant de trouver une façon de gagner du temps en espérant voir les secours apparaître à temps.

    Ca, c'était juste un petit avant gout de ce qui t'attends ma belle, je me disais que ça te donnerait peut être plus envie de parler en te montrant en premier de quoi j'étais capable. Pour commencer tu va me dire qui tu es, ton grade, et quels sont tes relations avec les hauts placés de Konoha. En tant que déserteuse de Kiri je n'aurais aucun scrupule à user de toute les méthodes, même les plus basses pour te soutirer des informations sur ton village.

    Tout en lui lâchant un sourire provocateur, je me décidais à ouvrir la bouche afin de lui répondre pour la première fois depuis notre rencontre.

    "Si tu penses pouvoir me faire craquer aussi simplement ma jolie, tu peux déjà retourner faire mumuse avec ta flotte au pays des vagues si tu vois ce que je veux dire. Héhé"

    Cherchant à appuyer mes dires pour qu'elle comprenne que je ne plaisantais pas en disant cela, j'allais jusqu'à cracher à ses pieds tout en la narguant. Lui faisant comprendre que cette salive serait la seule qui sortirait de ma gorge qu'importe les supplices. Profitant tout de même de la situation pour admirer son corps magnifique, je laissais sans le vouloir un petit signe d'attirance en me mordant la lèvre inférieur.

    *J'espère qu'elle n'a pas remarqué cela...*
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 23 Fév - 20:35
    Belle et arrogante, voila un cocktail qui n'était pas pour me déplaire, j'avais horreur des petites soumises apeurées qui pleuraient en me suppliant de ne pas leur faire de mal. Mais malgré ce petit aperçu de ce qui l'attendait je ne ressentais aucune petite once de peur s'échapper de la blonde, elle se permettait même l'impolitesse de cracher à mes pieds... un acte qui serait bien évidement punie au plus vite.

    Te faire craquer aussi vite ? Je n'ai jamais pensé une chose pareil, ce serait insulter la force des ninja de Konoha... je voulais tout simplement m'assurer au contraire que tu ne lâcherait pas le morceau facilement... Comment pourrais-je m'amuser sinon, si je n'ai aucune raison de te torturer ?

    Il faisait aucun doute avec une telle maitrise de sa peur que la kunoichi n'était pas une genin, j'avais donc viser la bonne personne du premier coups et je pouvais m'en féliciter, d'autant plus qu'elle était sacrément attirante... de quoi passer un moment bien plus intéressant qu'une simple torture. D'ailleurs j'en riais déjà en me léchant le contour des lèvres comme une prédatrice aux mauvaises intentions, admirant ses courbes de haut en bas en insistant surtout sur sa généreuse poitrine et ses longues bottes marrons, qui montaient jusqu'aux cuisses.

    Tu sais ce qui est le meilleur dans tout ça ? C'est que mon contrat ne stipule pas ce que je dois faire de toi si tu ne me donne aucune informations...

    Je m'approchais d'elle en riant, m'accroupissant en la fixant de mon regard d'un bleu presque surnaturel. Mes mains se posaient sur ses longues bottes marrons en les longeant jusque sur ses cuisses, sur lesquelles je m'appuyais en approchant mes lèvres d'un de ses oreilles, chuchotant quelques peu peu rassurants.

    Et puis... j'ai beaucoup aimé te voir retenir désespérément ton souffle, dans cette bulle d'eau.... j'ai hâte de voir ta réaction lorsque tu seras privé d'air plus longtemps...

    Une des mains quittait ses bottes pour aller empoigner sans retenu un de ses seins très généreux, le pressant entre mes doigts tout en reculant et en lui donnant une petite tape lorsque je le relâchais.

    Un dernier mot à dire, avant que tu ne puisse plus parler ? Et plus respirer...

    J'attendais éventuellement qu'elle déballe son sac puis lui replaçait sur la bouche le morceau de scotch qui l'avait bâillonné. Une fois fait, je déposais un baiser sur ses lèvre à travers son bâillon, puis agitait un deuxième morceau plus petit, en l'approchant de son nez en riant. Ce deuxième petit morceau de scotch venait se coller sur son nez, bloquant ses narine et par la même occasion sa dernière entrée d'air. Riant de nouveaux aux éclats je venais me coller contre elle, en posant mes deux mains sur sa poitrine généreuse, la malaxant tendrement, la pressant, en expirant mon souffle chaud contre ses épaules dénudées. Combien de temps était elle capable de retenir sa respiration ? Pendant que je me posais cette question à laquelle j'aurais tôt ou tard une réponse j'embrassais son épaule, puis son cou, toujours en torturant ses seins à travers le tissus de son vêtement. Je continuais ce manège ainsi un bon moment, assez pour que je puisse voir ses joues devenir doucement écarlate en reculant.

    Oui c'est ça... tes joues rouges et gonflés... voila ce que je recherchais... mais ce n'est pas terminer, pas encore... Dis-je en me léchant les lèvres.

    Sadique ? Clairement, oui... je ne cachais pas une seule seconde aimer voir mes proies manquer d'air, à petit feu... jusqu'à ce que le besoin de respirer soit tellement fort qu'elles n'implorent presque le droit d'avoir ne serait-ce qu'un peu d'air. D'ailleurs, je déposais quelques bisous sur ses joues rouges et un peu gonflées, comme pour lui montrer que j'aimais cela. Par la suite, j'invoquais une autre petit bulle d'eau que je projetais sur sa poitrine, mouillant le tissus de son vêtement, d'une eau froide qui moulait encore plus sa poitrine, dont on pouvait voir désormais les tétons pointant.

    Oh tu es toute excitée ? Intéressant, voyons voir si tu arrive à jouir pendant que tu t'étouffe...

    Je sortais un petit joue vibrant de ma sacoche ninja... dans laquelle il devrait y avoir normalement des kunai... si j'étais plus sérieuse. Pour ma part celle-ci était juste le réceptacle de quelques jouets et autres godes en plus de ce rouleau de scotch. Je sortais l'un d'eux, qui était un gode vibrant pas très long, mais très épais. Alors tout en riant je soulevais sa jupe et l'insérait dans sa petite culotte, lui caressant doucement la feinte avec avant de le lui insérer assez pour lui faire de l'effet. Une pression sur un bouton, et celui-ci se mettait à vibrer en elle, pendant que je recommençais à masser lourdement sa poitrine, pinçant ses tétons, les tiraillants entre mes doigts en me délectant du spectacle de la belle blonde manquant d'air, de plus en plus... comme en témoignait ses joues réellement rouge et gonflés maintenant... bien que le scotch ne céderait pas.

    C'est vraiment le moment que je préfère... tu aimerais pouvoir sentir l'air frais dans tes poumons n'est-ce pas ? Lui dis-je en riant sadiquement tout en augmentant l'intensité des vibrations du jouet.

    Sa poitrine était toujours malaxait et torturer de la même manière au rythme des vibrations entre ses lèvres intimes. Ce qu'elle ne savait pas par contre, pour le moment, était que j'avais pu assez me concentrer pour lui envoyer un peu de mon chakra aphrodisiaque dans son propre flux, pendant les caresses. La belle blonde allait très bientôt ressentir la capacité héréditaire lié à mon chakra... alors qu'elle continuer de gémir en étouffant derrière ces morceaux de scotch.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Mar 24 Fév - 16:24
    Mon comportement provocateur n'avait fait qu'augmenter l'envie de mon bourreau, celle-ci semblait avoir l'habitude de ce genre de situations comparé à moi. Je n'avais jamais été capturé avant ce jour et j'ignorais bien sûr ce dont était capable une personne spécialisée dans la torture et la récolte d'informations. Ma témérité durant son petit test semblait l'avoir mise de très bonne humeur, ainsi que confirmée le fait que je ne sois pas une simple genin de notre village. Deuxième erreur de ma part dans la même journée, il fallait vraiment que je fasse attention à mes faits et gestes si je ne voulais pas perdre totalement la face.

    L'attirance que j'avais secrètement pour elle semblait malgré tout être réciproque et j'y voyais là un éventuel moyen de me sortir de ce mauvais. Il faut dire qu'il était rare de croiser d'autres filles aussi blondes que moi et avec des atouts aussi imposants que les miens au pays du feu, en tout cas de ce que j'en avais vu jusque là. Tout en l'admirant m'analyser de haut en bas je prenais conscience que cette fameuse attirance n'était peut-être pas un si bon atout que cela au final et les paroles dont elle me faisait part ne rassuraient en rien cette impression. On ne lui avait pas précisé le sort final qui me serait réservé, devais-je m'attendre au pire ou y voir une lueur d'espoir ? J'étais un peu perdue...

    Commençant à se coller peu à peu à moi pour me glisser une provocation de plus à l'oreille, je sentais comme un frisson me parcourir à l'idée de l'avoir si près de moi. Comme si le moment était propice à l'envie, j'étais en danger et je pensais malgré tout à cela suis-je réellement normale ?
    Je comprenais lors de son passage sur ma poitrine que elle non plus n'était pas à cent pour cent concentrée sur sa tâche et qu'il y avait de grandes choses pour que celle-ci en profite pour assouvir un ou deux fantasmes au passage. J'étais devenue une prisonnière et un simple jouet avec lequel elle allait pouvoir faire ce que bon lui semblait. Je n'étais pour autant pas prête à me laisser faire sans lutter jusqu'à mon dernier souffle et lorsqu'elle me laissait finalement l'occasion de lui adresser la parole j'en profitais pour la narguer une fois encore.

    "Tsss alors il semblerait que tu vas t'amuser encore un moment, étant donné que je ne suis pas prête de te lâcher la moindre information à propos de notre village ma belle !"

    Suite à cela j'aspirais une derrière bouffée d'air avant de me retrouver bâillonner des narines à la bouche, une fois encore elle cherchait à me priver de mon précieux oxygène dans le but d'obtenir ce qu'elle était venue cherchait. Du moins c'est ce que je pensais jusqu'à son comportement soit un peu différent que celui qu'elle avait jusque là. Venant tout contre moi les deux mains massant ma poitrine tout en déposant quelques baisers sur mon corps, ce qui avait pour réaction de faire monter ma température. Je luttais non sans mal pour retenir mon souffle, bien que cela semblait de plus en plus difficile. Mes joues devenaient doucement rouge presque pivoine, contrôler mon souffle et l'envie qui montait en moi était une chose compliquée.

    Elle aimait ce qui se déroulait et ne s'en cachait nullement, allant toujours plus loin dans son envie sadique qui était la torture et la provocation sexuelle la nukenin montait la barre d'un cran supplémentaire. Mouillant mes vêtements avec de l'eau froide, je ne pouvais m'empêcher de lâcher un peu de l'air que je gardais en moi jusque là. L'air se faisait rare et ses petites attentions provocatrices faisaient monter en moi une envie équivalente à celle d'un obèse face à un buffet à volonté. Ma poitrine finissait par me vendre, à la vue de mes tétons qui pointaient à travers mes vêtements trempés la sadique sortait un objet que je connaissais que trop bien de son petit sac. Tout en glissant le gode sous ma jupe la kunoichi s'amusait à me caresser doucement avant de le glisser en moi, provocant en moi une envie de sexe plus grande que jamais auparavant. Au contact de sa peau contre ma poitrine et des vibrations dans ma fente fraîchement épilée, je sentais ma cyprine s'intensifier en moi.

    Je réussissais moyennement à la retenir en moi pour ne pas lui faire ce plaisir, mais l'air se faisait de plus en plus rare et mon visage entier commençait à devenir rouge pivoine à son tour. Elle était douée très douée même, que se soit pour la torture ou pour semer l'envie en moi. Dans une autre situation je lui aurais déjà sautée dessus pour lui arracher ses vêtements sauvagement. Les vibrations avaient peu à peu augmentées et je sentais une sensation égale à celle d'un orgasme monter en moi. Que m'arrivait-il ? Étais-je devenue sadomasochiste sans même m'en rendre compte ? Comment cette petite blonde pouvait me faire autant d'effet ? Il y avait quelque chose d'étrange dans tout cela, mais la manque d'oxygène m'empêchait de réfléchir correctement. Je me surprenais moi-même à gémir malgré la situation et perdre les dernières bouffées d'air que je gardais si précieusement en moi et me disais que j'aurais été prête à tout pour pouvoir respirer ne serait-ce qu'un instant.

    *Mon dieu que m'arrive-t-il ? Pourquoi ai-je tant envie d'elle et de cela malgré la dangerosité de la situation ? *

    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mar 24 Fév - 19:56
    Combien de temps la blonde avait été privée d'air jusque là ? 2 minute ? Peut être plus ? Et malgré la situation elle semblait pourtant totalement sous l'extase, alors même que mon chakra aphrodisiaque commençait à peine son effet. Ca avait le don de me faire rire, je savais dès lors qu'ont allait s'amuser ensemble de longue heures, encore et encore... jusqu'à ce qu'elle soit totalement épuisée, aussi bien en termes de souffle que... sexuellement. Mais pour l'heure la pauvre blonde devait respirer comme le montrait ses joues gonflés et rouge, virant presque au pourpre. Je décidais donc de lâcher un instant sa poitrine pour commencer à décoller le scotch puis... je m'arrêtait à un petit centimètre seulement de la libérer pour qu'elle respire, regardant sur sa cuisse sa cyprine qui coulait jusqu'à s'écraser contre ses botes. Riant, je décidais de ne pas libérer ses voies respiratoires et lui recollait la petite partie de scotch que j'avais commencer à retirer.

    Je voulais re laisser respirer crois moi mais tes cuisses commencent à être toute trempées par ta propre cyprine... Alors je me dis que ça doit t'exciter, de pas pouvoir respirer... Tu vois une autre explication toi ?

    Bien sure, c'était aussi grâce à mon aphrodisiaque qui faisait de plus en plus effet, mais je me gardais bien de lui dire, m'amusant à lui faire croire que le fait de manquer d'air l'excitait, pour qu'elle se sente honteuse ! Surtout que le manque d'air était bien réel, au point de commencer à la voir tousser à travers le scotch qui retenait l'air prisonnier... j'avais presque pitié d'elle... presque... si ça ne m'excitait pas.

    Il serait injuste que tu puisse jouir avant ta maitresse. En faite je ne me suis pas présenter... je sais qu'il est un peu tard mais je m'appelle Amalia. Comme ça tu pourra mettre un nom sur ta tortionnaire.

    Comme dit, il serait injuste qu'elle jouisse avant moi alors, je retirais le jouet d'un coups sec, en laissant volé une giclée de cyprine assez impressionnante. Immédiatement après ma langue était déjà contre ses cuisses pour lécher ce précieux nectar, avançant vers son intimité trempée que je débarrassais de sa culotte, la lui baissant jusque contre ses longue bottes qui me rendait folle. Ma langue pouvait alors continuer de s'aventurer plus loin, jusque sur son clitoris que j'embrassais avant de sucer ses lèvre intimes comme un délicieux bonbon, en aspirant tout le liquide qui en sortait. Ma langue s'introduisait à l'intérieur pour en nettoyer autant que je le pouvais mais je sentais ses cuisses se contractée... l'air... tout son corps avait besoin d'être oxygéné de façon très urgente !

    Je vais pas laisser mourir d'asphyxie une jeune blonde aussi jolie, on va tellement bien s'amuser toute les deux que ce serait du gaspillage.

    Je disais cela en quittant son sexe à regret, voyant tout de suite que l'expression sur son visage avait changé. Les joues plus rouge que jamais, les yeux à moitié clos, je savais très bien ce qu'elle ressentait à ce moment précis pour avoir exercer cette torture plusieurs fois. Tout d'abord la tête qui tourne légèrement, alors que ses poumons devaient la bruler sévèrement en réclamant un air frais dont elle se privait depuis longtemps... sans oublier sa vue, qui devait elle aussi devenir doucement floue. Je savais tout ça précisément car j'étais une experte dans ce domaine, et je savais donc qu'il était aussi le moment de retirer ce scotch pour qu'elle puisse respirer. Ce que je fit très vite et d'un coups sec en libérant ses voix respiratoire en ricanant et en agrippant fermement ses cuisses.

    On va passer les formalités, tu me diras rien sur ton village, je le sais bien. Mais j'aimerais au moins connaitre le nom de cette délicieuse blonde que je vais mener à l'orgasme, et qui en fera de même pour moi... Qui sait, tu y trouveras peut être un plaisir dans tout ça.

    Mais j'avais déjà la suite des évènements en tête, et je profitais justement du moment ou elle retrouvait difficilement son souffle pour la détacher de l'arbre, lui liant ses mains dans le dos à la place, et la levant.

    Profite de respirer ça ne va pas durer... mais cette fois on va faire ça de manière plus dangereuse, plus amusante...

    Je prenais un Kunai et lui déchirait son haut avec, laissant ses gros seins rebondir à l'air libre et en les touchant directement avec mes mains pour les tester. Puis, comme pour contraste avec cette torture, je venais me coller à elle en empoignant toujours à pleine main sa poitrine, venant déposer mes lèvres sur les siennes pour l'embrasser en injectant encore une petite quantité de chakra aphrodisiaque en elle. Durant que je remuais activement mes lèvres dans ce baiser mes mains descendait lentement pour longer ses cuisses, descendant sa jupe et laissant tomber sa culotte au sol.

    Je vais te laisser ces longue bottes pour le moment... je les aimes beaucoup... Lui dis-je en laissant un clin d'oeuil alors que je ramassais sa culotte toute trempée, pour venir lui insérer en boule dans sa bouche, comme son nouveau bâillon.

    Une fois pratiquement nue de la sorte, je la poussais de plusieurs coups vers la rivière, faisant rebondir sa poitrine à chaque petit coups de pieds dans ses fesses. Une fois devant la rivière qui était plutôt profonde je lui donnait un coups de pieds plus grands que les autres pour la faire tomber à l'eau, la regardant couler en agitant ses jambes, jusqu'à ce qu'elle soit allonger sur le fond. La culotte n'était pas un bâillon imperméable et l'eau pouvait passer pour lui laisser le loisir de boire la tasse plusieurs fois, d'ou le côté plus dangereux qu'avec le scotch. Heureusement pour elle je la rejoignait très vite pour la remonter à la surface en la tirant par les cheveux, lui retirant la culotte de sa bouche pour qu'elle puisse cracher l'eau, et aussi car elle allait avoir besoin d'avoir la bouche libre pour ce que je projetais.

    Je suis sure que tu es une petite perverse au fond, mais est-ce que tu l'es assez pour réussir à me faire jouir avec ta langue, avant de te noyer ?

    Je nous tirais vers un bord moins profond, ou elle avait à peine pied debout et ou je me tenais contre la berge, un sourire malicieux tout en écartant mes jambes sous l'eau. Elle savait ce qu'elle avait désormais à faire, jouer sa sa langue pour que je puisse exploser dans sa bouche et tout ça, pendant qu'elle ne pourrai pas respirer, la tête sous l'eau. Bien sur remonter à la surface n'était pas une option puisque je lui appuierait la tête pour la maintenir sous l'eau au cas ou elle essayerait, et elle pourrait être sure que j'allais prendre tout mon temps pour la mener dans ses dernier retranchements... En plus de ça, elle pouvait si elle était assez observatrice sentir comme une sorte de tentacule aqueux s'enrouler autour d'une de ses cuisses, dont l'extrémité se plaçait sur les bords de ses lèvres intime, riant à ce moment pour lui faire comprendre qu'elle était manipulé par mes soins. En effet j'avais solidifié une petite quantité d'eau de la rivière pour la rendre souple, un peu comme une corde épaisse, et l'extrémité commençait à s'initier doucement dans ses lèvres intime. Au fur et à mesure qu'elle passait du temps sous l'eau, elle la sentirait aller et venir plus vite et plus profondément en elle, pendant qu'elle userait de sa langue... si bien sure elle n'était pas dégonflée au point de refuser d'y mettre la tête sous l'eau pour relever le défi. Car après tout, je restais sa tortionnaire... même si j'avais déjà oublié ma mission pour ne penser qu'au plaisir. D'ailleurs une autre tentacule aqueuse s'enroulait doucement autour de sa grosse poitrine en la pressant. Sous l'eau, même si elle se décidait à jouir malgré mon interdiction de le faire avant moi, il me serait impossible de m'en rendre compte, de toute façon...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Lun 2 Mar - 10:07
    Après s'être délectée de la vision de mon visage  changeant de couleur et du mal que j'avais à rester de marbre dans une situation si humiliante et excitante que celle-ci. Retirant d'un coup sec le jouet de ma partie intime, je laissais un gémissement de plaisir trahir mon excitation. Une giclée de cyprine venait dégouliner le long de mes cuisses et cela semblait créer  une certaine excitation chez ma tortionnaire qui s'empressait de venir lécher mes cuisses tout en remontant doucement vers mon vagin d'où coulait encore la cyprine. Elle était douée, peut-être presque autant que moi d'ailleurs et sa langue jouant avec mon clitoris me faisais jouir de plaisir malgré la situation si dangereuse dans laquelle j'étais encore.  Le liquide disparaissait finalement de mes cuisses, mais malgré ce moment si plaisant je n'arrivais pas à en profiter pleinement.

    Mon corps tout entier  réclamait un peu d'air, rien qu'un peu pour dire de survivre. Ma vue se troublait, mon esprit semblait s'envoler peu à peu de mon corps et mes poumons étaient aussi brûlant que ceux d'un utilisateur de katon après un combat difficile. Amalia décidait finalement  de me laisser respirer un instant pour être sûr de me garder en vie encore un peu. S'agrippant fermement à mes cuisses elle ricanait en me regardant souffrir ainsi, passer les formalités ? Que voulait-elle si les informations ne l'intéressait plus ? Se mener mutuellement à l'orgasme ? Hum.. Je devais bien avouer que j'en avais atrocement envie et acceptais donc de lui faire part de mon prénom.

    " De l'air....haa...haaaa. Mon ...Mon nom est.....Haaa..... Lucy!"

    De manière plus dangereuse ?! Une telle chose était-il possible ? J'en doutais jusqu'au moment où je la voyais sortir un kunai de sa sacoche pour s'approcher de moi. J'étais face à elle tenant difficilement debout avec les mains liées dans le dos lorsqu'elle venait déchirer mon haut. Faisant apparaître mon énorme poitrine qui rebondissait en se libérant de la pression de ma veste. Je sentais l'air parcourir l'intérieur de mon corps, tandis que ma tortionnaire m'attrapait fermement la poitrine tout en m'embrassant. J'aurais voulue lutter pour la repousser, mais l'envie était trop grande et lui rendait son baiser sans me plaindre ni me faire désirer. Je sentais ses mains sur mes jambes et ma petite culotte tomber sur le sol, tout en ressentant une envie sexuelle immense monter en moi.

    Tout en me complimentant sur mes bottes qui semblaient lui faire beaucoup d'effet, je la regardais ramasser me petite culotte encore humide à cause de ma cyprine tout en rougissant. Qu'allait-elle en faire ? Un souvenir ? Non ce n'est pas son genre, elle ne semble pas être le genre de personne à s'arrêter en si bon chemin. Mettant ma lingerie dans la bouche comme un nouveau bâillon. Le Bâillon de l'humiliation.... Me poussant vers la rivière avec de petits coups de pieds aux fesses, j'avais toujours autant envie d'elle. D'un coup plus fort Amalia me poussait dans la rivière, me laissant ainsi me débattre tant bien que mal et finalement me retrouver couchée au fond de l'eau. L'eau pénétrait dans ma bouche, m'obligeant à avaler de l'eau mélangée à ma cyprine.

    Venant  tout de même à mon secours, Amalia me ramenait sur le bord et me retirait la petite culotte. Me permettant de respirer tout en recrachant l'eau et la cyprine se trouvant dans ma bouche. Moi une perverse ? Pour qui elle se prend celle-là ? Je suis juste une fille qui aime se faire plaisir et donner du plaisir ? La faire jouir avec ma langue ? humm... Pourquoi pas ? Peut-être qu'après avoir goutée à ma langue si talentueuse elle ne voudra plus me tuer ? De toute manière je n'avais guère d'autres options et je devais faire le maximum pour rester en vie ne serait-ce que quelques minutes supplémentaires.

    J'avais à peine pied à l'endroit où elle m'avait maintenant amenée et je m'attendais au pire. Son sourire malicieux et ses jambes s'écartant face à moi m'en disait long sur ses attentes. Toujours sous l'eau sans possibilités de remonter à la surface et de m'échapper, je commençais alors ce qu'elle attendait de moi en embrassant son vagin tout en lui suçant les lèvres. Jouant avec dans ma bouche je lui glissais doucement ma langue à l'intérieur de son intimité pour la diriger vers son clitoris. Le titillant avec le bout de ma langue pour l'exciter autant qu'elle m'avait excitée depuis le départ, je devais tout donner si je voulais survivre à cette épreuve difficile. Le manque d'air me rendait la tâche plus difficile que jamais, essayant d'aspirer en elle comme si j'allais y trouver de l'air.

    Cela ne semblant pas lui suffire, la garce en profitait pour enrouler une tentacule d'eau autour de ma cuisse avec juste l'extrémité au bord de mes lèvres intimes. Le désir était de plus en plus grand et la tentacule qui pénétrait en moi n'arrangeait pas les choses au contraire. Plus le temps passé et plus je sentais les aller et retours de la tentacule en moi accélérer me faisant presque craquer. Je tenais cependant bon en me concentrant sur les lèvres intimes de ma tortionnaire, me glissant plus loin en elle en y mettant entièrement ma langue pour lui lécher tout l'antre de façon circulaire. Mes lèvres, ma poitrine et même mon vagin, tout cela faisait beaucoup et j'avais comme l'impression d'être en train de me faire prendre par deux personnes. J'aimais cela et tentais difficilement de camoufler un gémissement de plaisir en accélérant les mouvements de ma langue en elle afin d'y trouver un peu de cyprine à avaler.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 2 Mar - 17:15
    Sous l'eau, sans air, la plantureuse blonde devait simplement continuer à subir mes demandes sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Cela pouvait paraitre totalement mais en réalité, lui procurer du plaisir pendant la torture était une fleur, je ne traitais pas toujours aussi bien toute mes proies, à croire qu'elle m'avait taper dans l'oeuil, physiquement. Après tout il fallait vraiment être de marbre pour ne pas succomber à une telle beauté, de telles formes... à tel point que l'interrogatoire n'existait déjà plus pour moi, il n'y avait plus que la belle Lucy et cette sadique que j'étais qui assouvissait ses pulsions primaires.

    Mais il fallait l'avouer, Lucy était déjà presque une compagnonne de jeu plus qu'une proie, même si elle devait conserver obéissance envers moi et être prête à subir mes moindres fantasmes. Fantasmes qu'elle exerçait d'ailleurs très bien malgré elle, glorifiant l'intérieur de mes lèvres intimes à l'aide de sa petite langue de chatte, toujours en apnée et contrainte de le rester. Pourtant, la belle blonde ne semblait pas avoir peur et se prenait au jeu, seulement pour survire ? Ou également par excitation ? Elle avait l'air d'être loin d'une sainte ni touche après tout... Et mon bonheur se confirmait lorsqu'elle commençait à y ajouter des sucions autour de mes lèvres, me surprenant et me laissant gémir en fermant les yeux, mes mordillant la lèvre inférieur en agrippant ses cheveux blonds.

    Oh, Lucy... tu es vraiment douée...

    Les tentacules aqueux s'enroulaient partout autours d'elle, empoignant plus fortement sa poitrine en la compressant alors que l'autre rentrait doucement entre ses cuisses, poussant et écartant ses parois intimes sur le côté sur son passage. La taille était parfaitement moulée pour lui offrir un maximum de plaisir, raclant ses parois vaginales tout en avançant sans trop de soucis dans ce trou. Je pouvais grâce à cette petite technique aller loin en elle, bien plus loin que n'importe quel homme le pourrait puisque la tentacule était extensible en largeur et en longueur selon mon vouloir, mais pour le moment je me contentais de simple vas et viens sans pousser trop loin... je ne voulais pas la faire jouir en seulement quelques secondes. D'ailleurs, c'était moi qui n'allais plus tarder à m'abandonner à un plaisir intense, mon antre était déjà mélangé de cyprine et de salive provenant de la belle Lucy.

    Désolée d'avance pour ce que je vais faire... mais je veux pimenter un peu le jeu... Lève la tête et regarde moi.

    La tentacule qui pressait ses seins se déroulait et commençait à enrouler son bas ventre à la place, le serrant un peu. J'avais voulu qu'elle me regarde dans les yeux pour pouvoir voir la surprise et son regard suppliant de ne pas faire ce qui allait suivre. Pressant doucement son bas ventre de plus en plus en regardant ses joues rouges gonflés, la tentacule finit par s'enrouler assez fort pour l'obliger à recracher tout son air. Voir ses yeux grand ouvert et qui semblaient presque larmoyant me faisait rire tandis que je commençais à jouir. Car en recrachant tout son air ainsi mon intimité fut chatouillée et stimulé par une grosse volée de bulle d'air, qui avait fait un assez drôle de contact pour m'exciter. De plus l'air qui sortait de ses narines chatouillait mon clitoris et je laissait gicler dans sa bouche une grande quantité de mon nectar si précieux, jouissant à n'en plus finir encore et encore...

    Pour autant c'était loin d'être fini, malgré sa bouche grande ouverte qui avalait de grande quantité d'eau, noyant sa gorge et surtout son petit nez qui cherchait en vin de l'air. La pauvre blonde suffoquait. Et au lieu de lui donner de l'air je l'allongeais au sol en plaquant un pieds sur sa poitrine, que je malaxait avec...

    Maintenant c'est à ton tours de jouirs mais t'inquiète pas, quelque chose me dit que ça ira très vite... je peux te promettre que tu va prendre ton pieds comme jamais c'est arrivé pendant un orgasme...

    Ce n'était pas qu'une simple promesse en l'air. La deuxième tentacule commençait à parcourir ses fesses et à caresser l'antre de son anus avant de lentement y entrer, avec une tendresses d'abord étrange venant de moi puis en accélérant peu à peu le rythme. La belle blonde elle continuait de s'étouffer avec l'eau, toussant et n'arrivant plus à se retenir de ne pas inspirer.

    Je ne suis pas si cruelle que ça, je te permet de bloquer tes voix respiratoire avec ta main, pour ne pas te noyer avec l'eau.

    Mais le puissant orgasme promis allait venir maintenant, la tentacule qui était dans son intimité poussait un peu plus loin, à la limite de ce qu'un membre masculin bien constituait pouvait se rendre. Elle était donc maintenant pénétrée de plein fouet par ses deux trous et en même, alors que mon pieds continuait de jouer avec sa poitrine, faisant rebondir ses seins sous l'eau de la rivière. Puis dans un rire, je tenais ma promesse, réduisant le bout de la tentacule pour qu'il puisse s'enfoncer plus loin entre ses parois intime, plus loin que n'importe quel membre pouvait s'y rendre normalement, même les plus long... Lui offrant une pénétration vaginale plus profonde qu'il en était normalement possible. Et même si je pouvais aller encore un peu plus loin pour lui offrir un nirvana intense, j'en gardais pour plus tard, ces quelques petits centimètres en plus feraient déjà bien l'affaire comme un avant gout délicieux...

    Au moment ou tu commencera à jouir, tu pourras te jeter sur mes lèvres, j'ai un cadeau pour toi.

    Je retirais mon pieds de sur sa poitrine et m'agenouillais au dessus d'elle, à mon tours sous l'eau tout en la regardant et lui caressant la poitrine de mes mains pour remplacer. Lorsqu'elle jouirait et qu'elle collerait sa bouche à la mienne, je lui offrirait alors un peu de mon propre air dans ce baisé,comme une sorte de bouche à bouche. Une façon délicieuse d'insuffler en elle l'air qui lui était si vitale pour vivre, et la pauvre devait tellement en manquer...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Lun 16 Mar - 23:44
    J'étais totalement prise au piège dans le jeu d'Amalia, éprouvant même un certain plaisir à me retrouver dans cette position. Je me délectais des lèvres intimes de cette jolie blonde qui me faisait tant envie malgré notre opposition, je commençais même à me faire à ses pratiques étranges. Tout du moins c'est ce que je croyais avant de sentir les tentacules passer à l'action, prenant parfaitement la forme de mon intimité tout en faisant des vas et viens pour me procurer un plaisir intense. Garder sa respiration dans une telle situation était des plus difficile et le passage des tentacules en moi n'aidait guère mes affaires. Mes joues étaient rouge et mes poumons commençaient à chauffer de nouveau sous la pression exercée.

    Bien qu'intriguée par les mots qu'elle venait de prononcer, je ne pouvais m'empêcher de lui obéir en espérant qu'elle allait me laisser respirer. Je gardais ainsi espoir en sentant la tentacule qui se trouvait sur ma poitrine se détacher peu à peu de moi, malheureusement celle-ci descendait au niveau de mon bas ventre pour me compresser et m'obliger à cracher le peud 'air que je gardais en moi. La pression de l'air et de l'eau mélangée me faisait souffrir au plus haut point, sentant l'eau et la cyprine de ma tortionnaire entrer dans ma bouche de plus en plus rapidement. Ayant l'impression que cela allait durer indéfiniment, je ne réussissait plus à respirer et me débattais comme je pouvais pour chercher ne serait-ce qu'un soupçon d'air. Allais-je mourir avec le visage et les poumons éclatés et la gorge couverte de cyprine ?

    Continuant de me torturer avec un large sourire de satisfaction sur les lèvres, Amalia m'allongeais au fond de l'eau tout en malaxant ma poitrine avec son pied. Je ne réussissais presque plus à empêcher l'eau entrer en moi et craignais de plus en plus de mourir ici même. L'eau entrait peu à peu en moi pour finalement briser ma garde et prendre le dessus pour le plus grand plaisir de ma tortionnaire qui me regardait me noyer devant elle impuissante....

    Pendant ce temps la deuxième tentacule commençait à parcourir mes fesses rebondis avant d'y pénétrer avec une étrange douceur. Le plaisir et la douleur se mélangeaient en moi, j'étais là tel un vulgaire jouet souffrant et prenant son pied en même temps. Le rythme augmentait peu à peu, écartant mon anus si peu habitué à ce genre de pratique. Elle était la première à m'élargir autant cet endroit, dans d'autre circonstances je me serais mise à jouir en criant "encore ! Mais ici ma vie était en danger et je sentais mon corps se noyer de l'intérieur, m'obligeant à lutter encore un peu pour bouffer mon nez avec ma main.

    Semblant trouver cela insuffisant à son goût malgré mon état de souffrance avancé, la jolie blonde qui m'avait enfoncée une tentacule dans mes deux parties intimes souhaitait aller encore plus loin. Tout en jouant avec ma poitrine pour me rendre la tâche encore plus difficile, je sentais la tentacule allait encore plus loin en moi, là où aucun homme n'avait réussit à aller par le passé. Provocant chez moi un plaisir énorme et intense, je ne pouvais m'empêcher de jouir à plein poumon. Perdant le peu d'air qu'il me restait au plus profond de moi-même, je pouvais sentir ma cyprine couler à flot le long de mes cuisses avant de rejoindre l'eau de la rivière.


    Je retirais mon pieds de sur sa poitrine et m'agenouillais au dessus d'elle, à mon tours sous l'eau tout en la regardant et lui caressant la poitrine de mes mains pour remplacer. Lorsqu'elle jouirait et qu'elle collerait sa bouche à la mienne, je lui offrirait alors un peu de mon propre air dans ce baisé,comme une sorte de bouche à bouche. Une façon délicieuse d'insuffler en elle l'air qui lui était si vitale pour vivre, et la pauvre devait tellement en manquer...

    Prête à tout pour survivre ne serait-ce qu'un instant de plus, j'obéissais à Amalia et me jetais sur ses lèvres après avoir jouïe. Accueillant son air comme un don du ciel, je pouvais sentir mes poumons reprendre vie à chaque bouffée. Je devais me méfier de cette nukenin si vicieuse que jolie, à la moindre erreur je finirais raide morte. La pression qu'elle produisait sur ma poitrine m'excitait au plus haut point et je ne vais même pas vous parler des tentacules. Une sensation si puissante que personne auparavant n'avait réussi à me faire ressentir, malgré cela je ne pouvais m'empêcher de penser à ce qui pouvait bien m'attendre à la suite de son baiser si excitant.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Ven 27 Mar - 11:39
    La pauvre Lucy suffoquait terriblement mais pour son plus grand plaisir mes lèvres étaient prêtes à satisfaire ses poumons, échangeant mon propre oxygène dans un baiser long et soigné. Ce baiser tout simplement vital était essentiel à sa survie, et savoir que j'étais en train de souffler la vie dans son corps juste en posant mes lèvres sur les siennes était... excitant. Bien sure je ne m'arrêtais pas à lui souffler de l'air comme un vulgaire bouche à bouche et transformais le moment en un véritable baiser ardent, remuant divinement mes lèvres contre les siennes. Une fois que je jugeais qu'elle en avait assez je reculais en capturant sa lèvre inférieur entre mes dents, la regardant intensément en la soulevant pour la sortir de l'eau, riant en voyant à quel point elle respirait cet air si précieux à pleine gorge.

    Tu es résistante... Et c'est bien pour ça que ça m'amuse terriblement de te faire subir tout ça. Mais si tu pense avoir pris ton pieds comme jamais dis toi simplement cette chose...

    Je m'approchais d'une de ses oreilles pour lui murmurer la suite à voix basse, lui détachant en même temps ses mains puis que je jugeais qu'elle était trop épuisés pour aller plus loin. Et puis l'annonce que j'allais faire allait surement l'intéresser assez pour qu'elle ne cherche même plus à se défendre...

    Je ne suis pas aller aussi profond que je le pouvais... je peux encore t'offrir des sensations comme n'importe quel homme ne t'en donnera jamais avec son membre...

    La bonne nouvelle pour elle, c'est que je la voyait de plus en plus comme une partenaire sexuelle plutôt qu'une proie même si j'allais continuer à jouer avec son souffle, mais d'autres façons également. J'avais par exemple bien compris qu'être prise dans deux sens à la fois l'avait excité et j'avais déjà une idée de comment la combler tandis qu'elle reprenait difficilement son souffle, les joues encore roses. Après plusieurs signes je formais un clone aqueux totalement identique à moi physiquement à une particularité près... L'avantage d'un clone c'est qu'ont pouvait lui donner l'apparence qu'ont voulait alors je rajoutait une petite subtilité à ce double aqueux qui n'était autre qu'une verge, de taille normale et au repos pour le moment.

    Lucy c'est bien ça ? Reprends bien ton souffle tu en auras besoin si tu vois ce que je veux dire. Tu peux m'appeler Amalia si tu le veux... enfin maitresse Amalia bien sure.

    Il fallait tout de même conserver une certaine hiérarchie entre nous au vu des termes de notre rencontres, même si je devais avouer que son corps me produisait le beau des effets, à tel point que je me m'approchais d'elle pour l'embrasser de nouveau, posant une main contre sa poitrine pour sentir les battements sauvage de son coeur. Ceux-ci me montraient à quel point elle avait eu du mal à se retenir de respirer et aussi à quel point elle avait ressenti du plaisir. Plaisir que je n'allais pas tarder à activer de nouveau en elle d'une idée presque sadique, passant de nouveau mon chakra aphrodisiaque dans mes mains afin de masser sa poitrine fermement. Je l'avais déjà excité de la sorte plus tôt mais cette fois, la quantité de chakra aphrodisiaque était 10 fois supérieur et je comptais bien la rendre totalement folle car dans quelques seconde elle allait ressentir une chaleur et une sensation envahir sa poitrine... une sensation comme elle n'avait jamais ressentie avant ! D'ailleurs ses tétons commençaient déjà à pointer comme s'ils étaient sur le point d'exploser sous le plaisir intense te incontrolable. Cela n'était pourtant que le début et au niveau ou j'avais décider de doser mon chakra le plaisir serait une véritable torture tant il en serait intense et dévorerait sa poitrine de cette sensation ardente.

    Regarde ce jolie clone aqueux qui t'attends là bas... Je suis sure que tu aimerais qu'ont te saute dessus toute les deux en même temps... Tu peux même en avoir plus de deux si tu es sage te que tu le réclame assez gentillement.

    En baissant le regards je me rappelait qu'elle avait encore ses longues bottes aux pieds, ces bottes qui lui donnaient un air si séduisant en montant jusque sur ses cuisses et que j'avais décidé de ne pas lui enlever.

    Alors tu aimes ça être une petite soumise ? Tu préfère subir tout ça que me donner les informations sur konoha maintenant n'est-ce pas ?

    me jetant sur son coups tout en continuant à malaxer sa poitrine j'embrassais son coups jusqu'à lui laisser un petit suçon. Durant ce temps et faisant sorte qu'elle ne s'en rende pas compte, le clone était passé derrière elle et lui infligea une belle petite fessée qui faisait rebondir ses fesses.

    Cependant j'ai une autre question à te poser, une question à laquelle tu pourras répondre sans risque de trahir ton village cette fois... Tu préfère que mon clone se vide dans ta gorge ou entre fesses en premier ? Sachant qu'elle sera... énormément productive...

    En effet en créant ce clone aqueux j'avais fait passer mon chakra dans son membre artificielle et cela signifiait une véritable explosion à venir, comme en témoignant sa taille qui augmentait toute seule à vue d'oeuil au même rythme que son durcissement.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Mar 31 Mar - 23:58
    De l'air !  Enfin de l'air, même si ce n'était pas grand chose le baiser qu'elle était entrain de partager avec moi me comblait de bonheur et d'excitation. Agitant moi aussi mes lèvres contre les siennes,j'essayai de lui attraper la langue pour sentir sa salive se mélanger à la mienne une fois encore. Je pouvais voir son air sadique réjoui à l'idée de savoir qu'elle m’insufflait la vie, elle aimait avoir le dessus et cela je l'avais bien compris. Tout en me regardant avec intensité ma tortionnaire finissait par me faire remonter à la surface de l'eau et me laisser respirer normalement. Avalant de grandes doses d'oxygène, jamais l'oxygène m'avait paru aussi bon par le passé. La séance n'était pas encore terminée et les mots qu'elle prononçait me le confirmaient rapidement

    - Tu es résistante... Et c'est bien pour ça que ça m'amuse terriblement de te faire subir tout ça. Mais si tu pense avoir pris ton pieds comme jamais dis toi simplement cette chose...

    S'approchant doucement de moi pour me détacher les mains après avoir juger que j'étais trop faible pour me débattre sûrement et elle avait entièrement raison sur ce fait. Ce qu'elle venait de me faire subir était éprouvant et à la fois si bon, je ne savais même plus si je devais la détester ou en redemander. Mais lorsqu'elle venait m'annoncer à voix basse qu'elle pouvait m'offrir encore davantage, alors je cédai à elle complètement en lui lançant un regard coquin et soumis à la fois.

    " Alors je demande à voir ça "

    Après lui avoir avouée cela sans vraiment savoir pourquoi, je commençai à reprendre mon souffle.Mes joues reprenaient peu à peu une couleur normale et j'espérais qu'elle allait être un peu plus douce avec moi au moins quelques instants avant de me faire subir d'autres sévices du style de l'étouffement. Malheureusement je n'étais pas en position de négocier quoi que ce soit et lorsque je la voyais faire apparaître un clone d'elle-même avec comme particularité une verge masculine je comprenais que j'allais encore devoir la laisser jouer avec moi. Après tout qui étais-je pour refuser deux corps aussi parfait que le sien, contre le mien ? Pas le genre de fille à dire non en tout cas. Elle voulait que je l'appelle Maître Amalia, en d'autres circonstances  j'aurai refuser, mais je tenais trop à la vie pour faire ma difficile.

    " Comme vous voudrais Maîtresse Amalia"

    Ma réponse avais dû lui plaire, en tout cas c'est ce que je me disais lorsqu'elle se jetais sur moi pour m'embrasser à nouveau. Il semblait que me torturer l'excitait elle aussi, ses deux mains posées sur ma poitrine. Plus elle me massait la poitrine et plus je sentais une envie qui ressemblait davantage à une pulsion sexuelle très intense, comme je n'avais jamais ressentie par le passé. La chaleur montait fortement en moi et plus précisément au niveau de ma poitrine, j'étais tellement chaude que j'aurai voulu pouvoir jeter mes vêtements sur le sol. Mes tétons se mettaient à pointer de plus en plus et je ressentais le besoin de me faire prendre par un régiment entier si cela avait été possible  dans la seconde qui suivait. Tout en me demandant de regarder le clone, Amalia poussait le vice en me proposant un partenaire supplémentaire. Je devais me retenir encore un peu, pour ne pas totalement lui céder.

    - Alors tu aimes ça être une petite soumise ? Tu préfère subir tout ça que me donner les informations sur konoha maintenant n'est-ce pas ?

    Ne me laissant même pas le temps de répondre à ses questions fraîchement posées, la tortionnaire se jetait sur moi pour m'embrasser dans le coup tout en continuant de m'exciter comme jamais au niveau de la poitrine. Je pouvais sentir ses lèvres déposer un suçon dans mon cou, tandis que je ne pouvais m'empêcher de lui caresser la poitrine moi aussi. Attendant qu'elle ne passe finalement à l'acte pour soulager toute cette envie qui bouillonnait en moi. Pendant ce temps, le clone passait derrière moi pour m'infliger une fessée qui me volait un gémissement d'envie encore plus concret. La question était difficile et je n'avais que peu de temps avant de totalement exploser de l'intérieur. Réfléchissant un court instant je lui faisais finalement part de ma réponse  tout en regardant le membre du clone gonfler et grandir à vue d'oeil.

    "J'aimerai autant les fesses, afin de garder ma bouche à disposition pour vous un peu plus longtemps maîtresse amalia"
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 6 Juil - 17:41
    Cette délicieuse blonde était ce que j'aurais pu espéré de mieux pour me distraire lors d'une mission, nous venions à peine de commencer à nous amuser que je commençais déjà à ressentir de l'estime envers la belle Lucy. Il fallait dire qu'elle avait de nombreux arguments pour me plaire. Elle était charmante, avait de somptueuses formes, et n'avait pas froid aux yeux. De plus sa résistance à mon traitement m'avait presque laissé sous le charme, l'annonce de nombreuses heures de jeux, en perspective.

    Tes jolies petites fesses d'abord ? Bien, ça me va. Tu peux t'estimer heureuse car ce n'est pas tous les jours que je laisse le choix à quelqu'un. Ca signifie que je commence à t'apprécier... Enfin ça ne veut pas dire pour autant que ne seras plus privée d'air, à l'avenir. Lui dis-je d'un clin d'oeuil, alors que mes deux mains revenaient se poser sur sa poitrine, que j'agrippais fermement pour presser ces deux délicieux agrumes.

    Mon clone lui, était plus direct, il l'enlaçait par derrière en plaquant ses seins contre le dos de la blonde, faisant percuter le pénis artificiel contre les fesses nues de la blonde.

    J'aime beaucoup ces bottes que tu porte mais elles doivent être gorgées d'eau, laisse moi t'en débarrasser, pour que tu sois un peu plus à l'aise.

    Le clone va toujours plus loin, embrassant sa nuque et l'enlaçant complètement, pressant sa poitrine à ma place, puisque mes mains longent son corps, jusque sur ses cuisses. Un large sourire se dessine sur mon visage, et la verge du clone aqueux frémit contre l'antre de Lucy. Il s'agirait à peine d'un coup sec pour que celle-ci y entre.

    Tu as de la chance, avec ce clone c'est comme avoir deux jumelles rien que pour toi... j'en suis presque jalouse

    Ce sont là mes derniers mots alors que mes mes mains agrippent ses cuisses, commençant à descendre lentement ses longues bottes le long de ses jambes, superbement douces. J'en profite pour embrasser en même temps l'intérieur de ses cuisses, jusqu'à tourbillonner ma langue contre son clitoris tout chaud et tout gonflé. Une longue léchouille marque mon territoire sur toute son intimité, totalement humidifiée par ma salive, avant que je m'embrasse ses douces lèvres intimes, encore et encore jusqu'à les sucer comme une friandise.

    Plus haut, du côté du clone, elle se retrouve enlacé, capturée par derrière en train de se faire dévorer la nuque par de délicieux baisés. Sa poitrine est toujours aussi bien travaillé et pressée alors qu'enfin, ce long bâton de chaire écarte cette paire de fesses, élargissant légèrement le trou au fur et à mesure qu'il glisse dans l'anus de Lucy. Un bref petit aperçu avant que celui-ci ne ressorte... Pour mieux rentrer de nouveau, d'un coups de rein plus sec.

    Les simples gémissements de la blonde sous cet effet, me fait mordiller ses lèvres intimes, encore toute humide et chaude. Mais plus je l'entends et plus cela fait grandir en moins l'impulsion d'aller l'embrasser, d'aller étouffer ses gémissements à l'intérieur de mes lèvres. Ce que je m'empresse de faire sans hésiter, en posant mes mains contre son superbe fessier, qui as vite le droits à de belles tapes qui claquent dans un raisonnement.

    J'ai hâte de voir laquelle va s'épuiser la première, si je te fais l'amour jusqu'à ce que nous tombions à bout de force... jusqu'à en être totalement incapable de jouir... On va avoir besoin de toute la nuit pour ça... au minimum...qu'en penses-tu ?

    De proie, la blonde venait presque de passer au rang d'amante, une amante délicieuse que j'embrassais langoureusement, en donnant de belles fessés sur son jolie cul prit d'assaut. Le clone avait en effet commencer son oeuvre, labourant l'intérieur de sa chaire avec sa longue virilité, toujours plus vite et plus fort. La blonde ne devait plus savoir ou donner de la tête, mais devait ressentir un plaisir intense, tellement intense que le simple fait d'y penser me faisait moi aussi mouiller, frottant inconsciemment mon intimité trempée contre la sienne. Pour accompagné ce bal de vas et viens, de fessées, et de frottement, il n'y avait comme sons d'ambiance plus que nos gémissements et nos lèvres, qui s'embrassaient sauvagement en laissant assez d'ouvertures pour nos langues, dansants sauvagement l'une contre l'autre.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Sam 8 Aoû - 9:01
    Tout en l'écoutant me parler comme une petite chienne bien élevée, je frémissais de nouveau au simple contact de ses mains douces et gracieuses sur ma poitrine. Me mordillant la lèvre pour ne pas céder, j'en oubliais presque que j'étais en réalité son otage depuis le petit matin. Cette dernière m'en faisais voir de toute les couleurs et pourtant j'adorais ça, j'étais presque amoureuse  de cette fille. Etais-je devenu folle ? Peut-être ! Après tout cela ne regarde que moi. Et sans même m'en rendre compte je lui cédais une fois encore.

    "Comme vous voudrez Amalia, je suis toute à vous"

    À peine avais-je terminée ma phrase que je sentais son clone m'enlacer par derrière tout en posant sa poitrine contre moi. Le contact de sa poitrine généreuse et du pénis contre mes fesses me faisait rougir comme jamais. J'avais du mal à contrôler l'envie qui bouillonnait en moi, j'aurais aimé qu'elle me prenne violemment sans plus tarder. Mais elle était beaucoup plus sadique que cela et moi j'étais simplement son jouet du jour.

    Elle semblait avoir appréciée mes bottes et me demandais même si elle n'allait pas me les embarquer comme trophée une fois son petit jeu terminé. Tandis qu'elle descendait doucement pour me retirer mes bottes, son clone passait à la vitesse supérieur. M'enlaçant complétement celui-ci pressait ma poitrine tout en m'embrassant dans le cou, me volant un gémissement de surprise et de plaisir j'étais démasquée. Elle me faisait frémir de toute part, je sentais la verge du clone frémir contre antre encore vierge. D'un moment à l'autre celle-ci allait  être la première à aller là ou personne n'était allé avant.

    Pendant ce temps Amalia continuait de descendre pour me retirer mes bottes et laisser apparaître mes jambes à sa vue. Tout en me reluquant celle-ci en profiter pour m'embrasser sur mon intimité, me volant un nouveau gémissement de plaisir. Cette dernière était aussi douée en amour qu'en torture et le simple contact de sa langue à l'intérieur de moi suffisait à me volait de nombreux soupir et bruissements de plaisir sincère. Elle me donnait l'impression de me dévorer par le bas, j'aurais aimée pouvoir lui sauter dessus pour lui en tout autant. Lui lécher son antre à elle aussi encore une fois et sentir sa douce cyprine si sucré couler contre ma langue.

    J'étais aux anges ou enfer, mais ce pêché était trop délicieux pour que je n'en profite pas pleinement. Tandis que la belle Amalia me dévorait l'intimité avec furie et que je sentais mon antre commencer à mouiller, son clone n'en perdait pas une miette. Profitant de l'excitation déjà grande et jubilatoire, ce dernier travaillait ma poitrine pour me donner encore plus d'envie. Obligée de mordre ma lèvre pour ne pas hurler, je sentais entre les bisous et les massages son pénis écarter doucement mes fesses. Fermant les yeux un instant je pouvais sentir ce gros membre bien gonflé pénétrer dans mon antre et l'écartant au passage pour me voler un cri mêlant douleur et orgasme. Celui-ci sortait et j'étais soulagée pour dire vrai, mais mon cauchemar n'était pas terminé et celui-ci me pénétrait de nouveau d'un coup sec pour m'écarter les fesses comme jamais.

    "Ahhhhhh Ahhhhhh Anhhh Amalia !"

    Comme pour me faire taire ou simplement excitée par ma position et mes cris, ma tortionnaire remontait finalement jusqu'à moi pour m'embrasser. Ne me faisant pas prier pour acceuilir ses lèvres contre les miennes, je ne pouvais que frémir au contact de ses mains sur mes fesses rebondis. Trop ! Il y avait trop de plaisir en moi et celui-ci allait être difficile à combler étant donné sa grandeur, le membre du clone était toujours en moi tandis qu'il malaxait encore ma poitrine. Le baisé d'Amalia était délicieux malgré tout et j'en profitais alors pour venir lui caresser son intimité comme pour avoir l'autorisation de la lui lécher ne serait-ce qu'un instant. Même si pour cela elle devait me faire souffrir davantage ou m'humilier.

    J'ai hâte de voir laquelle va s'épuiser la première, si je te fais l'amour jusqu'à ce que nous tombions à bout de force... jusqu'à en être totalement incapable de jouir... On va avoir besoin de toute la nuit pour ça... au minimum...qu'en penses-tu ?

    " Oh oui je suis si excitée ! Je pourrais vous dévorer toute la vie maîtresse.... Je... j'ai honte mais.... je suis vraiment bouillante de plaisir vous savez ...."

    À peine avais-je eu le temps de répondre que la belle m'embrassait langoureusement et je ne pouvais que lui en faire autant avec tout le plaisir qu'elle me donnait. Je sentais ses fessés faire trembler mes fesses qui étaient toujours prises d'assaut par ce clone qui entrait et sortait sans la moindre pitié dans mon anus. Me faisant jouir complétement, je poussais un énorme cri. C'était la première fois de ma vie que je vivais une telle chose et malgré la douleur j'espérais en profiter encore davantage avant d'être balancée dans un coin. J'étais devenue la chienne de cette nukenin qui venait frotter son intimité trempée contre la mienne dans le même état, nos gémissement résonnaient dans les environs tandis que le plaisir immense qui m'envahissait continuer de monter.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mar 11 Aoû - 22:25
    Oh, ça allait venir ! ses cris et ses gesticulations me faisaient tellement effets que je ne pourrais me retenir bien longtemps ! Et comme mon clone était lié à mon propre corps, sa libération viendrait au même moment que la mienne. De son côté, je ne savais pas non plus si la belle blonde allait tenir très longtemps, déversant son jus sur ma propre intimité trempée, mélangeant ainsi nos cyprine qui goutaient le long de nos cuisses, puis sur le sol. Dans un dernier effort, je serre les dents et ondule du bassins encore plus vite, enlaçant la magnifique blonde dans une étreinte, tel un piège ! Nos deux corps étaient pressés l'un contre l'autre au point qu'ils semblaient fusionnés, élargissant ainsi notre contact.

    Ahhhh, je vais... je vais... jouir ! Je ne peux plus me retenir, tes fesses vont êtres remplies !

    Et pas seulement ses fesses ! Car collées comme nous étions, mon premier jet de cyprine, plutôt puissant, s'engouffra à l'intérieur de son intimité... Je jouissais en éclaboussant toute ma cyprine dedans son sexe, frottant comme une dingue pour en faire durer l'intensité. Mais le clone s'y mettait lui aussi, accélérant le rythme et se laissant abandonné à la jouissance au même moment, donnant de violent coups de reins en avant qui faisait basculé Lucy contre moi.

    Mhhhh, mhhhhh !!!

    J'aurais bien crié d'avantage mais mes lèvres se pressaient contre les siennes pour que ses cris ne se perdent pas trop loin dans la forêt. Hors de question de prendre le risque d'attirer trop de monde, je préférais écraser nos cris puissants dans un baiser pour le moment, quitte à y glisser ma langue profondément pour aller cherche à danser sur la sienne, dans un balais des plus excitant.

    A ce moment, je crois que j'en avais oublié les questions que je devais lui poser au départ, d'ailleurs, qu'elle était ma mission déjà ? Tout cela me paraissait si lointain... et la blonde était si jolie que j'avais l'impression d'être placer sous un sortilège... Intéressant, ce n'était pas la première fois que je me détournais de ma mission mais là j'allais clairement m'amuser ! Surtout que comme promis, son cul rebondit était copieusement remplis du sperme chaud et épais de mon clone, qui continuerait à éjaculer la même dose impressionnante sans faiblir, tant qu'une goutte de cyprine pouvait couler de mon propre corps. Bientôt, ses fesses étaient tellement pleine qu'un surplus giclait hors de son anus. Une large satisfaction envahissait mon esprit alors que je lui mordillais sauvagement la lèvre inférieur, tout en continuant de remplir son anus totalement plein, dégoulinant. Devant, par contre, je terminais quelques seconde plus tard de jouir sur elle, laissant le bas de son corps souillé comme elle avait rarement du l'être. Ses superbes cuisses dégoulinaient des deux semences.

    Ah... Ah... J'ai chaud... Je me sent bouillante !


    Je lui offre un dernier baiser et me recule lentement, décollant ma poitrine de la sienne et donnant une jolie fessé à ses fesses rebondit, qui laissent aussitôt échappés une giclée de sperme. Son anus en est plein, mais hors de question de la voir perdre tout ça ! Alors je me baisse ne lui faisant un petit clin d'oeuil, commençant à remonter sa culotte le long de ses cuisses pour la lui remettre.

    Ta culotte est déjà toute trempée et pleine de sperme alors que je viens juste de te la remettre. Elle est vraiment toute souillée !

    C'est vrai qu'elle était plutôt bien souillée par toute la semence qu'elle avait sur les fesses, mais ce n'était encore rien puisqu'elle continuerait de se remplir avec le surplus qui continuait de dégouliner hors d'elle. Pour tester cela, je posait mes deux mains sur ses fesses en les empoignants fermement, sentant celle-ci être totalement mouillé. En pressant assez fort je pouvais même en faire dégouliner en dehors du tissu par les côtés.

    Je vais te garder avec moi un moment... je sent que je passerais à côté de quelque chose de terriblement sinon. Mais c'est trop risqué ici, on ira chez moi. Enfin, on a peut être encore le temps de s'amuser une dernière fois avant de s'en aller ailleurs... Tu dois avoir soif après tout.

    Je commençais à appuyer ses épaules pour la mettre doucement à genoux, sans forcer, puis le clone aqueux toujours munie de son long bâton de chaire passe devant, le pointant devant ses lèvres avec un grand sourire.

    T'avais l'air d'avoir du souffle tout à l'heure, alors je crois que je vais essayer d'inonder ta gorge avec la même intensité t'en dis quoi ? Mais hors de question de reprendre ton souffle une fois que tu décide de la prendre au fond tu la garde jusqu'à la fin ! Et puis... comme je suis gentille, je te laisserais me demander de combler un fantasme de ton choix ensuite... si tu travaille bien. Prête Lucy ?
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Jeu 13 Aoû - 20:28

    Tout cela m'excitait au plus haut point et à première vue je n'étais pas la seule dans ce cas là. Amalia était elle aussi déchaînée en sentant nos cyprine couler le long de nos cuisses et les frictions de nos vulves se multiplier. Accélérant la cadence elle m'agrippait telle sa proie pour accélérer, pendant que son clone dont les seins me caressaient le dos continuait son travail. J'étais prises dans un piège dont je ne souhaitais plus sortir, approchant le moment fatidique je m'apprêtais à jouir de plaisir. Elle ne pouvait plus se retenir et moi non plus, la suite risquait d'être plus prometteuse encore.

    Nous étions plus collées que jamais et peu de temps après ses paroles, je pouvais sentir sa cyprine pénétrer en moi tandis que la mienne s'expulsait en elle. J'adorais cette sensation si délicieuse qui me donnait envie de tout lui aspirer et de lécher son corps si agréable. Tandis que l'on se frottait l'une sur l'autre comme des folles, son clone jouissait à son tour en moi, provocant une sensation nouvelle de satisfaction et de gourmandise intense. Ses coups de reins puissants envoyaient valser ma poitrine sur celle de ma tortionnaire, m'excitant encore plus alors que je sentais déjà son doux nectare chaud et crémeux me remplir le derrière. Tout cela était trop d'un seul coup et je ne pouvais que me laisser aller en attendant la suite de son plan.

    "Ahhhh Ouiii! Mmmmmmmh mmmmmmmmhhhh c'est si bon !!"

    Mon cri de plaisir ne durait qu'un instant avant que la blonde sulfureuse ne vienne l'étouffer avec ses lèvres. Nous étions dans un état second et sans perdre une seconde je suivais le rythme de son baiser cachant mes petits gémissements de cochonne. Laissant pénétrer sa langue en moi, je lui en faisais autant pour m'enrouler autour de la sienne et lui montrer de quoi j'étais capable avec ma petite langue de chatte. Plus sensuel que cela je ne connaissais pas, ce mélange de fantasme et d'emprisonnement me faisait littéralement fondre pour ses beaux yeux.

    J'en avais presque oubliée que j'étais sa prisonnière, totalement en réalité. Même si je savais qu'au moindre écart elle ne se gênerait pas pour me le rappeler avec je ne sais quelle torture étrange dont elle avait le secret. Alors qu'elle me mordait les lèvres je sentais le surplus de son clone continuer de couler en moi, mon anus était rempli comme jamais et continuait de se remplir pour mon plus grand plaisir tout en laissant couler le reste sur mes fesses. Devant la cyprine continuait de couler à flot et bientôt je me retrouvais trempée telle une enfant venant de s'uriner dessus. Image peu charmante pour dire que j'étais recouverte de cyprine du vagin au pied et j'aimais ça ! Les deux semences commençaient à se mélanger alors que j'en avais bien davantage en moi, qu'allait-elle réussir à me faire de plus ? Telle était la question qui me torturait l'esprit alors que tout comme elle je bouillonnait d'excitation.

    À en juger par son regard elle avait bien une idée sur la suite des événements et je me laissais simplement faire par la jolie tortionnaire. Gémissant de nouveau au contact de sa main sur ma fesse me faisant gicler un peu de sperme de mon anus. Tout cela semblait l'amuser et lui ouvrir l'imagination pour de nouveaux jeux coquins. La regardant descendre doucement le long de mes cuisses souillées, je souriais à son clin d'oeil. La suivant du regard tandis qu'elle remontait ma petite culotte déjà trempée à sa place pour garder la semence en moi. Celle-ci était abondante et laissait donc place à de nombreuses idées plus coquines les unes que les autres.

    Me laissant guider par la belle, je descendais doucement pour me mettre à genoux tout en la regardant dans les yeux. En cette position je pouvais sentir les semences noyer ma petite culotte et mes fesses, je suis sûr que cela l'excitait. Regardant ensuite le clone venir devant moi, je commençait à comprendre ce qu'elle attendait de moi, maintenant que le bas était fait le haut allait y passer. Acquiesçant d'un simple signe de tête j'écartais doucement les lèvres pour attraper le morceau de chair et le stabiliser sur le bord de ma bouche. L'enjeu était de taille, mais j'allais d'abord devoir réussir à combler ses attentes et encaisser la semence qui finirait par me remplir jusqu'au plus profond de ma gorge.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Ven 21 Aoû - 20:07
    C'est que je commençais à l'aimer de plus en plus, ma petite blonde, et plus je lui donnais de petite tapes sur les fesses plus j'avais envie de continuer à sentir sa culotte chaude et pleine contre ma main. Sentir le sperme chaud à l'intérieur, qui remplissait sa culotte m'excitait assez pour senti de nouveau une chaleur au creux des reins, provocant immédiatement la même réaction sur le clone, qui voit son épais bâton de chaire gagner en longueur. Longueur qu'elle commence d'ailleurs à prendre au bord de la bouche, faisant frémir mon clone et moi même puisque nos sensations étaient partagées. Pour lui montrer ma satisfaction, je fait claquer une fessée largement plus forte que les autres sur ses fesses rebondit, puis presse son derrière de déesses de mes deux mains, empoignants ses deux superbes fesses à pleine main,en serrant un peu.

    Tes fesses sont divine !! Je pourrais m'en occuper des heures sans me lasser.

    Le gland s'initie doucement entre ses lèvres, je sens ses dents glissés le long de la peau et la verge s'enfoncer délicatement dans une délicieuse sensation. Mon corps frémit, j'empoigne ses fesses plus fortement en sentant sa culotte pleine de sperme commencer à déborder. Un sourire sur mes lèvres lui montrer que je suis satisfaite avant que je lui dise à voix haute de respirer à fond, de garder autant d'air qu'elle peut dans les poumons car... elle ne aurait besoin ! Enfin je ne me faisais pas de soucis pour la blonde, j'avais vu à quel point elle était résistante lorsque nous avions jouer à ce petit jeu tout à l'heure. Mais là, c'était différent, je ne la torturais plus, nous étions en plein milieu d'un échange torride qui ne faisait que débuter.

    Pourtant, même si la verge du clone s'enfonçait lentement dans sa gorge en bloquant par la même occasion toute entrée ou sortie d'air et que cela me satisfaisait, je ne comptais pas en rester là. Mon vrai corps enlevait les mains de ses fesses et tout ne collant une dernière belle fessé au passage je commençais moi aussi à m'accroupir, le visage juste devant ses superbes fesses. Pour lui faire comprendre ma position, je commençais par déposer un baiser sur ses courbes rebondit, n'ayant pas peur de me salir à cause de la culotte. Je recommençais même plusieurs fois à déposer mes lèvres dessus, jusqu'à ce que la verge n'entre enfin entièrement jusqu'à la garde. A ce moment, quand le nez de la blonde frôlait le bas ventre du clone, elle eut le droit à de petits vas et viens pour frotter la verge contre les parois de sa gorge.

    J'espère que tu sais avaler rapidement, je serais aussi productive que tout à l'heure. Tu vas devoir en engloutir une grosse quantité !

    Plus les secondes passées et plus cela devait devenir difficile pour Lucy, mais le plaisir devait lui aussi être grand et j'augmentais l'intensité de toute mes actions dès que je le pouvais. Ainsi, ses fesses se fient d'un seul coups mordre, remplaçant la douceur des baisés par de petites morsures stimulante. Je ne la mordait pas jusqu'au sang, en réalité il s'agissait plutôt de petit mordillement pour la faire frémir entre deux baisers. Mais tout alla plus vite lorsque je sentis sa gorge se refermer contre ma verge. Je comprenais alors que l'air se faisait de plus en plus rare, tandis que sentir le membre épais se faire écraser par sa gorge m'excitait au point de lacher quelques goutes de pré spermes. Je n'allais pas tarder... mais je devais tenir bon et faire durer ce moment ! même si le superbe corps de la pauvre Lucy devait hurler qu'ont la laisse respirer.

    Je sais que tu veux respirer mais fait moi confiance, tu va aimer !

    Les mains du clones se posent sur ses joues gonflés et légèrement rouges, la regardant dans les yeux en souriant, mais pas d'un sourire sadique m'amusant de cette souffrance cette fois, non, un sourire qui montrait que je m'amusait bien en sa compagnie ! Et pour le lui montrer encore plus, ma langue commençais à longer ses fesses jusque que sa culotte, léchant sa culotte avant que la pointe de ma langue ne force le tissus comme pour rentrer dans son anus. C'était une pénétration sans vraiment l'être, poussant ma langue dedans mais retenue par le tissus qui devait surement la frustré. Qu'elle se rassure, mes doigts avaient déjà atteint l'intérieur de cette culotte toute souillée pour y trouver son clitoris puis son entre-jambe. Deux doigts rentraient en profondeur alors que le pousse épousé son bourgeon de plaisir, tout gonflé d'excitation. Je le lui massais avec de petits cercles tout ne appuyant légèrement.

    Ah... Ah... Ca va ... venir !

    Mon bas ventre était chaud et j'étais prête à me laisser aller, jetant un dernier regard à Lucy dont le visage était rouge comme une tomate. Il fallait dire que la pauvre ne pouvait ni relâcher son souffle, ni en prendre un nouveau. Ses poumons étaient donc remplis d'un air chaud et usé, qui devait lui faire un peu mal. Pourtant, j'espérais qu'il lui reste assez de force pour supporter et avaler en entier la vague qui allait se déverser.

    Ah... encore un petit effort... ca va... ah !!!

    Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'une première giclée conséquente éclabousse au plus profond de sa gorge, suivis de près par les autres, tout aussi nourrissante. Le sperme chaud remplie vite sa gorge à tel point que j'entends clairement les bruits de sa gorge, à chaque fois quelle tente d'avaler. Mais il y en a tellement... tellement de ce liquide qui noyait sa gorge, il y en avait tellement et l'orgasme était tellement long que j'avais fini par comprendre que je n'avais pas jouit une fois, mais deux fois à l'affilé, excité comme je l'étais.

    C'était donc la bouche et la gorge pleine de semence que je fini par sentir la dernière en sortir, dans un râle de plaisir. Un peu du liquide si épais et chaud s'échapper des commissures de ses lèvres, prouvant l'état dans lequel elle m'avait mis pour que je puisse jouir d'une telle puissance. Sans m'en rendre compte, je crois même que mon vrai corps avait eu un orgasme au même moment, pendant que je léchais ses fesses et que je la doigtais activement. Enfin, l'heure n'était pas à ce genre de pensé puisqu'à voir le visage de la belle blond être aussi rouge qu'une tomate, il était pressent de la laisser respirer.

    Avale tout ce qui reste si tu en a la force, et retire toi pour respirer. Après m'avoir tant comblé et avoir vécu tant d'effort, tu n'auras cas me dire ce qui te ferait le plus plaisir. Je te promet de combler ton plus grand fantasme, quel qu'il soit ! Un petit cadeau que je ne fais pas tout les jours
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Sam 5 Sep - 16:56
    Tes fesses sont divine !! Je pourrais m'en occuper des heures sans me lasser.

    Tout en me disant cela je pouvais voir le gland s'approcher doucement de mes lèvres avant de rentrer tout en glissant lentement en frôlant mes dents au passage. Il était chaud et de taille plutôt appétissante,j'avais hâte de voir la suite. Le contact de ses mains sur mes fesses après la fessée semblait la faire frémir d'excitation, je sentais le sperme coulait de ma petite culotte. Respirant un grand coup je m'attendais au pire comme au meilleur de la part de Amalia. Je pouvais comprendre par ses gestes et sa façon de parler que celle-ci était loin d'en avoir fini avec mon corps et cela me rassurais quelque peu. J'en voulais plus maintenant que je m'étais prise au jeu, je voulais qu'elle m'en fasse découvrir davantage.


    J'étais maintenant prise dans une étrange posture d'un côté le clone et son membre de chair m'obstruer les voies respiratoire et de l'autre Amalia après m'avoir remise une belle fessée venait m'embrasser sur les fesses. Cela m'excitait encore plus et mon corps le prouvait en tremblant d'excitation. Pendant ce temps si bon, la verge entrait totalement dans ma bouche collant ainsi mon petit nez contre le bas ventre de la belle. Les vas et viens lents était si bon que je retenais chaque sortie avec une petite pression de mes lèvres sur son membre.

    J'espère que tu sais avaler rapidement, je serais aussi productive que tout à l'heure. Tu vas devoir en engloutir une grosse quantité !

    Un mélange doux de douleur et d'excitation s’emparait de moi, me volant quelques gémissements au passage. La belle remplaçait les baisées sur mes fesses par de petites morsures des plus excitantes malgré la douleur. L'air se faisait rare et ma gorge commençait à se refermer sur le sexe de la belle, bien que j'avais peur de lui faire mal celle-ci semblait au contraire toute excitée, lâchant quelques gouttes de pré-sperme le long de ma trachée. Je résistais comme je le pouvais, mon corps luttant entre le besoin d'air et l'excitation qui montait depuis un bon moment en moi. Si seulement elle pouvait utiliser sa langue encore une fois.

    Je sais que tu veux respirer mais fait moi confiance, tu va aimer !

    Les mains du clones se posent sur ses joues gonflés et légèrement rouges, la regardant dans les yeux en souriant, mais pas d'un sourire sadique m'amusant de cette souffrance cette fois, non, un sourire qui montrait que je m'amusait bien en sa compagnie ! Et pour le lui montrer encore plus, ma langue commençais à longer ses fesses jusque que sa culotte, léchant sa culotte avant que la pointe de ma langue ne force le tissus comme pour rentrer dans son anus. C'était une pénétration sans vraiment l'être, poussant ma langue dedans mais retenue par le tissus qui devait surement la frustré. Qu'elle se rassure, mes doigts avaient déjà atteint l'intérieur de cette culotte toute souillée pour y trouver son clitoris puis son entre-jambe. Deux doigts rentraient en profondeur alors que le pousse épousé son bourgeon de plaisir, tout gonflé d'excitation. Je le lui massais avec de petits cercles tout ne appuyant légèrement.

    Elle savait y faire et sur ce plan là je lui faisais totalement confiance, bien qu'elle était au départ une ennemie je la considérait comme une amante de premier choix. Les mains du clone sur mes joues rouge et gonflés ne m'aidaient pas à retrouver mon souffle bien au contraire tout mon corps se contracter. En bas je pouvais sentir sa langue jouer contre ma petite culotte, elle réussissait à chatouiller mon anus par dessus la culotte faisant entrer du sperme dans celui-ci encore une fois. Du côté de mon vagin je sentais ses doigts jouer avec et m'amener dans un état bien supérieur à celui de l'excitation. Je ne savais comment je réussissais un tel exploit, mais ses gestes réussissaient à me faire gémir malgré le colosse qui se trouvait dans la bouche ouvrant totalement ma trachée qui allait sûrement rapidement se remplir.

    Ah... Ah... Ca va ... venir !


    Sur ses quelques mots je pouvais sentir une première vague de sperme couler au plus profond de ma gorge, me volant quelques hauts de coeur comme si j'étais en train de m'étouffer. Le liquide chaud et sucré continuait d'arriver de façon conséquence et bien que j'essayais de l'avaler au fur et à mesure, mais la quantité était bien trop grande. Je me retrouvais obligée de le stocker dans ma bouche en gonflant les joues comme le faisait les écureuils avec les noisettes. Alors que je pensais être délivrée de tout cela, une nouvelle salve puissant envahissait ma gorge déjà pleine. Du sperme s'échappait un peu de ma bouche pour venir glisser jusque sur ma poitrine.

    Avale tout ce qui reste si tu en a la force, et retire toi pour respirer. Après m'avoir tant comblé et avoir vécu tant d'effort, tu n'auras cas me dire ce qui te ferait le plus plaisir. Je te promet de combler ton plus grand fantasme, quel qu'il soit ! Un petit cadeau que je ne fais pas tout les jours

    Obéissant comme une gentille petite chienne bien élevée j'avalais comme je pouvais et laissait le reste continuer de couler le long de ma poitrine. En me retirant de son sexe j'ouvrais la bouche pour respirer tout en laissant apparaître ma langue de chatte pleine de liquide. Doucement mais sûrement je m'efforçais de tout avaler pour lui faire plaisir. Tombant en avant pour laisser mes fesses au niveau de Amalia j'étais épuisée et si excitée à la fois que je ne savais plus où donner de la tête. Je lui disais non sans mal.

    " Je...j'aimerai que tu glisses encore ta langue, mais sans la culotte.... Si tu veux je garderai la culotte dans ma bouche pour couvrir les gémissements et la nettoyer "
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 9 Nov - 14:21
    Ma langue entre ses fesses ? Voila un fantasme facile à réaliser, à vrai dire, je m'attendais à quelque chose de plus compliqué, de moins banale. Au moins, je n'aurais pas à faire d'effort considérable et j'avais déjà une idée pour lui créer une surprise qu'elle aimerait sans aucun doute. Elle aimait ma langue ? Elle allait être servie ! Et puis ses superbes fesses, penchés en arrière et bien relevés à cause de son corps qui était tombé au sol, c'était comme m'offrir l'invitation d'y entrer, une invitation que je me voyais mal refuser.

    Bien, je t'accorde ça ma petite blonde.

    D'abord une petite fessée sur son jolie cul, claquant agréablement en laissant une petit marque rouge à cause du latex, qui a presque l'effet d'un coups de cravache... la douleur en moins. Puis mon doigt se glisse sous la partie de sa culotte qui rentre dans ses fesses, la tirant en arrière pour faire entrer le tissus qui est devant dans son sexe. Mais maintenant, il fallait enlever totalement sa culotte si je voulais continuer, car comme elle l'avait si bien dit, je pourrais la lui mettre dans la bouche pour couvrir les gémissements... une proposition que je ne pouvais encore une fois refuser.

    Alors comme ça tu aimes être bâillonner ? Et attacher ? Tu aimerais ça être ligotée ?

    Si elle voulait se retrouver bâillonnée par sa culotte il y avait de grande chance qu'elle y trouve aussi son plaisir en étant ligotée, de quoi nous amuser pour la suite des évènements. Sa culotte tombait d'ailleurs presque aux chevilles, prenant mon temps pour admirer son jolie fessier bien penché en arrière. Comme convenue, une fois retirée, j'en fais une boule que je prends la liberté de frotter à mon sexe humide, pour qu'elle ai également mon liquide à nettoyer. Il ne me restait plus qu'à la lui insérer dans la bouche pour couvrir ses gémissements... et ça pour gémir, elle allait gémir !

    Car si elle croyait que je me contenterais seulement de ma langue dans son derrière elle était loin du compte, et je le lui montrait bien en faisant glisser mon clone sous son corps, entre elle et l'herbe. Les mains de ma copies enlacent son corps pour le coller totalement au mien, ainsi, sa poitrine s'écrase contre la mienne et le sexe masculin artificielle glisse le long de son ventre pour s'écraser entre nous. De cette position, je peux embrasser ses joues autant que je le veux, alors que mon vrais corps se met à quatre pattes au niveau de son anus pour commencer à embrasser ses fesses nues.

    Je te réserve une petite surprise si tu aimes ma langue, mais je te préviens, tu risque de pas pouvoir te retenir longtemps de jouir.

    Après quelques léchouilles, je mordille la peau de ses fesses dans une pression tendre et à la fois féroce, avant d'embrasser la garde de son anus et y tournoyer ma langue dessus. Distraite par la langue, j'en profite pour soulever lentement son bassin avec le clone, qui continue de presser sa poitrine contre celle de la blonde, tut en se dandinant de droite à gauche pour accentuer cet effet. Une fois le bassin assez haut, le clone vise précisément puis... position la verge artificielle juste sous son sexe, avant de ramener lentement son corps vers le bas pour empaler son intimité comme il se doit.

    Quant à ma langue, elle s'enfonce entre sa paire de fesse, s'agitant sur ses parois comme pour fouiller son anus de fond en comble. Plus loin, toujours plus loin, je pressais mes mains contre ses fesses pour m'y agripper et pousser fermement, forçant ma langue vers l'avant en appuyant toujours plus pour m'y enfoncer pleinement... Tout comme son sexe qui descendait lentement contre la verge du clone, s'y empalant lentement pour qu'elle profite de chaque petite centimètre...

    Quelques coups de langues sur sa culotte toujours bien tenue entre ses lèvres, puis c'est son cou qui se retrouve être la victime de mes baisers. Et la surprise dans tout ça ? Et bien, je décidais de lui offrir sans plus attendre en lâchant ses fesses un instant, formant de nouveaux signes pour faire apparaitre un nouveau clone à mes côtés. Pourquoi donc ? simplement pour lui en offrir deux fois ! Elle voulait sentir ma langue dans ses fesses ? Elle avait gagné le droit d'en recevoir deux !

    Sans plus attendre le clone se collait à moi, nos joues l'une contre l'autre et nos 4 mains agrippant ses fesses fermement, malaxant cette masse divinement rebondit. La deuxième langue ne tarda pas à joindre la mienne à l'intérieur pour lui offrir deux fois plus de sensations. Quant à la verge du premier clone ? Elle était enfoncée à moitié et commençait de très lent vas et viens de haut en bas en soulevant son corps, pendant que les langues continuaient toutes les deux à s'enfoncer, à se toucher entre elles dans ce peu d'espace qu'il y avait... C'était un peu étrange, cette sensation de lécher ma propre langue au passage... puisqu'il s'agissait de mon clone. Mais au final, ce qui comptait en cet instant n'était que son plaisir.. J'avais beau être sadique je n'avais qu'une seule paroles et si c'était un de ces fantasmes alors... j'y mettrais tout ce que j'avais ! En espérant bien sure que sentir les deux langues s'agiter en elle lui procurait un grand plaisir.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Dim 27 Déc - 8:44
    Bien, je t'accorde ça ma petite blonde.

    L’idée que je venais de transmettre à Amalia semblait lui plaire, surtout lorsque je lui disais qu’elle pouvait de nouveau mettre ma culotte ou la sienne dans ma bouche. Tout ce qui touchait à la possession et l’humiliation semblait lui plaire et moi de mon côté… Je me contentais de lui obéir comme une gentille petite esclave avide de sexe que j’étais avec elle. Me volant un petit gémissement de plaisir avec une fessée, je ne pouvais que remarquer à quel point elle semblait aimer mes fesses. Jouant avec son doigt et ma culotte, celle-ci s’amusait à la faire entrer et sortir de mon sexe pour m’exciter encore plus et je devais bien avouer que ça fonctionnait à merveille. Après quelques passages joueurs, celle qui avait réussi à me capturer reprenait la parole comme pour me provoquer de nouveau.

    Alors comme ça tu aimes être bâillonner ? Et attacher ? Tu aimerais ça être ligotée ?

    Tournant la tête dans sa direction je lui faisais comprendre que s’était bien ce que je souhaitais avec un signe de tête et un regard des plus coquin à son égard. Si elle semblait aimer mon corps, je devais avouer que le sien était lui aussi à mon goût. Une partenaire telle qu’elle était rare et si je l’avais pu j’aurais sûrement chercher à la garder jalousement auprès de moi pour les années à venir. La coquine me sortait rapidement de mes pensées obscènes en faisant tomber ma petite culotte sur mes chevilles pour mieux admirer la vue qui semblait l’inspirer comme jamais avant de la retirer complètement et de venir la frotter contre sa propre intimité. La mettant ensuite en boule pour la glisser dans ma bouche qui se faisait un plaisir de l’accueillir, je pouvais déjà sentir le surplus de liquide se glisser dans ma bouche. Laissant ainsi mes sens s’exciter de nouveau, toute cette cyprine me donnait des idées peu avenantes pour la suite des événements.

    Des idées la belle blonde semblait en avoir plus d’une elle aussi et elles semblaient beaucoup plus excitantes que les miennes. Son clone avec lequel elle m’avait totalement remplie un peu plus tôt venait se positionner sous moi pour me coller à lui et son engin que je commençais à bien connaître désormais. Elle cherchait à me chauffer de nouveau en compressant sa poitrine à la mienne tout en accompagnant cela de baisers et je devais avouer que cela fonctionnait assez bien. Je sentais la chaleur et l’envie monter en moi, telle une jeune débutante qui se retrouvait accompagnée des meilleurs coups de son village. Mais la véritable excitation venait peu après lorsque le véritable corps de mon bourreau venait se rapprocher de mon postérieur pour ensuite m’embrasser les fesses doucement. Si je ne me contrôlais pas un minimum j’allais sans aucun doute finir par jouir de nouveau devant elle.

    Je te réserve une petite surprise si tu aimes ma langue, mais je te préviens, tu risque de pas pouvoir te retenir longtemps de jouir.

    " Je suis toute à vous ma jolie maîtresse, comment mon corps pourrait vous résister de toute manière ? Puisque j'en suis moi-même incapable..."

    Je m’étais ouvertement avoué vaincue par elle et je l’étais depuis le début ou presque, l’expérience qu’elle possédait dans ce domaine me surpassait et de loin. Elle m’avait faite la promesse que j’allais jouir et que la culotte dans ma bouche ne serait pas là uniquement pour l’exciter et elle avait raison une fois encore. J’étais prise des deux côtés telle une vilaine petite chienne qui attendait sa récompense, sentant sa langue et ses lèvres parcourir mes fesses tout en venait me mordiller pour me voler quelques soupirs d’excitation intense au passage. Elle savait comment faire de moi sa chose et je le comprenais encore mieux en sentant son clone malaxer ma poitrine avec la sienne pour faire monter en moi un désir plus qu’ardent. Je sentais mon esprit se perdre dans les méandres du plaisir divin et avant même que je ne m’en rende compte mon corps se soulevait avant de se baisser de nouveau pour venir s’empaler doucement sur le membre imposant du clone tout en laissant passer les premiers gémissements de plaisir de ma bouche qui se remplissait de cyprine à chaque fois que je mordais ma petite culotte.

    Ce que je pensais être l’extase n’était en réalité qu’un préliminaire pour la blonde sulfureuse qui savait comment me faire céder à ses caprices les plus vicieux. Sa langue qui se glissait entre mes fesses était tout bonnement un véritable délice pour moi et mon corps qui en demandait encore plus. Je pouvais sentir sa langue s’enfoncer doucement en moi, elle était si chaude et visqueuse à la fois que je commençais déjà à mouiller son membre qui continuer de s’enfoncer lentement en moi. Jouissant de nouveau malgré la culotte qui étouffait la plupart des sons qui sortaient de ma bouche, j’avalais une nouvelle dose de cyprine et de sperme dans le feu de l’action. Si le paradis existait j’étais maintenant sûr qu’il devait ressembler à ce que je vivais en ce moment même.

    Je sentais son clone venir me baiser les lèvres puis le cou qui devait être bouillant et recouvert de transpiration après tout ce qu’elle m’avait faite subir depuis ma capture. Sa langue était malheureusement plus en moi et j’étais légèrement déçu, même si le fait de retrouver mes esprits n’était pas une si mauvaise nouvelle pour moi. Pensant que tout cela était bientôt terminé, je ne pouvais que comprendre que je m’étais méprise une fois encore en voyant apparaître un autre clone à ses côtés. Qu’allait-elle me faire encore ? Un nouveau jeu dont elle avait le secret ? Un autre membre dans le même orifice ? Comment allais-je revenir de cette expérience si unique en son genre ? Tant de questions qui au fond de moi m’excitais encore plus.

    La réponse à ma question ne se faisait pas prier et lorsque je sentais les quatre mains m’agripper les fesses sauvagement alors que j’étais toujours immobiliser sur le membre du premier clone. Deux langues s’introduisaient en moi pour mon plus grand plaisir personnel qui était d’ailleurs amplifiait par la verge qui maintenant à moitié en moi se permettait de faire des allers et retours pour me faire céder à un plaisir encore inconnu. La prestation divine continuait et les gémissements de plaisir fusaient eux aussi alors que mon corps bougeait de lui-même par pur désir. Le septième ciel était dépassé depuis un moment grâce à elle et je priais pour en avoir toujours plus, luttant même contre l’envie de plonger entièrement sur sa verge. Ma bouche était pleine de salive, de cyprine et de sperme, à tel point que je ne pouvais pas tout avaler d’un coup. Je ressemblais à l’une de ses catins auxquelles on pouvait s’adonner à tous nos désirs dans les clubs les plus secrets et dans le fond être le jouet d’Amalia me plaisait beaucoup, allant même à en redemander une bouchée.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mar 29 Déc - 22:31
    Lucy était une parfaite petite soumise, celle dont pouvait surement rêver toute dominatrice. Sage, coquine, et toujours prête à jouer quel que soit le jeu... jusque là en tout cas. Il était donc normal que tant de dévotion mérite un cadeau, un jolie cadeau sous la forme de deux langues qui s'étaient excités dans ses superbes fesses jusqu'à l'en faire jouir. Elle avait aimé ça autant qu'elle l'avait laissé pensé, mouillant tellement que ses cuisses dégoulinaient de son propre jus à plaisir. Je m'enfonçais aussi loin que je le pouvais et quand son second orgasme vint je plaquait bien comme il le fallait ma bouche autours de son antre, agitant mes deux langues et embrassant à pleine bouche ce trou si chaud.

    La blonde mouillait éjaculait tellement de cyprine entre chaque gémissements dans sa culotte qu'une petite partie coulait vers son anus comme une délicieuse rivière, dans laquelle je me désaltérais.

    Tu as aimé ? Mais ma langue ne va pas suffire a rassasier une petite coquine comme toi. On a encore pleins de bons moments à passer ensemble, mais

    Sur ces mots, je me retire presque à contre coeur et mon clone aqueux disparait après un dernier coups de langue. Tout de suite, mon premier réflex est de l'aider à se relever, avant de commencer à lui ligoter les poignets derrière le dos sans rien dire de plus. Incompréhensible ? Elle n'as pourtant pas le temps de dire grands choses avec la culotte dans la bouche, et voila que pour couronner le tout je lui bande les yeux pour la priver de sa vue.

    Je sais que tu t'échapperas pas mais par sécurité je ne dois montrer à personne la route vers mon territoire, pas même à toi.

    Pour ce qui était de la garder bâillonnée et ligoter, un simple petit plaisir personnel que je me faisais. Le plus dur était maintenant de la guider à travers la forêt pour ne pas qu'elle tombe, une tache compliquée sur ce chemin jonché de racines et de roches... Heureusement que l'une de mes cachettes étaient vraiment toute près. Enfin, toute près... il nous fallut quand même une bonne heure de marche avant de passer le palier d'une petite cabane en bois, perdue dans les arbres et entourées de petites falaises. Inutile de priver ses jolies yeux de la lumière du soleil plus longtemps, avec toute cette verdure autours elle ne pourrait jamais retrouvée son chemin vers ma maison, lorsque je la relâcherais.

    Fiou, cette petite marche était plus épuisante que prévu, n'est-ce pas ?

    Je l'invite à rentrer chez moi et à s'assoir, jouant à la bonne hôte de maison en apportant de quoi boire. La maison était modeste voir presque petite et uniquement composée de bois, mais elle était agréable et avait un certain charme. Il n'y-avait rien de superflux seulement deux salles, pour me laver, j'allais simplement à la rivière qui coulait non loin d'ici.

    Tu vois l'armoire au fond de la pièce ? Juste à côté du lit ? Tu devrais l'ouvrir, je suis sure que tu y trouvera quelques cadeaux à ta taille.

    Elle était encore nue, mais j'avais pris soin de récupérer sa tenue et ses longues bottes lorsque nous étions parties. Toutefois je ne comptais pas l'autoriser à les remettre, surement pas tout de suite... Elle était superbe ainsi ! Puis, j'avais une idée derrière la tête...

    Une des tenues devrait être à ta taille... Tu aimes beaucoup celle que je porte n'est-ce pas ?

    Si elle aimait alors elle serait comblée, surtout si elle en avait jamais portée avant. Car la tenue que je lui proposait à l'intérieur de l'armoire était de la même matières que la mienne, gants et longues bottes à talons comprises. La seule différence était la couleur rouge et le fait qu'elle ne pourrait pas jouer les dominatrices avec... Car tous les jouets et accessoires rangeais eux aussi à l'intérieur étaient destinés à mon plaisir de les utilisés sur elle. J'avais hâte de la voir se pavaner dans cette tenue si moulante !
    Revenir en haut Aller en bas





    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Naruto Hentai
  • Histoires v1
  • -
    Sauter vers:
    La date/heure actuelle est Sam 21 Avr - 22:53