Revenir en haut Aller en bas

Naruto Hentai

Forum interdit aux moins de 18ans.

  • Histoires v1
  • Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Tourisme à Kiri ? [pv: Hozuki]

    Aller à la page : Précédent  1, 2
    avatar
    Messages : 86
    Date d'inscription : 04/01/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: libre
    Orientation Sexuelle: bi
    Fantasmes:
    Kiri no Shinobi





    Hõzuki Mitsuga
    Kiri no Shinobi
    Dim 29 Nov - 15:35
    Encore une fois, Maï prit son temps avant de réagir à la demande de Mitsuga. La kunoichi voyait bien qu'elle poussait sans arrêt la jeune fille vers des choses qu'elle n'avait pas l'habitude de faire, rien qu'à voir ses hésitations. En même temps, si elle n'avait jamais fait de cunni en public, il y avait peu de chance qu'elle avait déjà fait plus. Mais, encore une fois, Maï finit par céder, comme si elle n'avait pas le choix, et faisait ce que lui demandait Mitsuga, malgré la foule.

    Le déshabillage en lui-même n'avait rien de bien artistique, Maï retirait ses vêtements, comme elle le ferait pour se changer. Bien sûr, ses formes qui se révélaient agrémentaient le spectacle, mais ça restait quelque chose d'assez basique. Il était vrai que Mitsuga ne lui avait pas demandé de faire un effort de présentation, alors Maî pouvait faire comme elle l'entendait, mais c'était un peu décevant malgré tout. Si elle devait réellement comparer ça à un entrainement, une sensei préférerait clairement une disciple faisant son maximum, qu'une se contentant de juste faire le minimum. En plus de cela, on ne pouvait même pas dire qu'elle faisait réellement comme si elle se déshabillait normalement, puisque Mitsuga supposait que, quand elle le faisait, dans sa chambre par exemple, elle ne se tournait pas pour éviter que le public voie les parties les plus intimes de son corps. Mais c'était quand même une perte de temps, quelle que soit la direction dans laquelle elle se tournait, il y avait de toute manière quelque chose à voir. Mai marqua une pause quand il ne lui resta plus que sa culotte, admirant le sol, apparemment gênée par la situation. C'était un peu ce que recherchait Mitsuga, il fallait dire, la gêner, ce genre de situation l'amusant. La jeune fille se décida à retirer sa culotte, mais on voyait qu'elle aurait préféré la garder, un peu comme le reste de ses vêtements, d'ailleurs, et tenta de cacher son corps avec ses mains et ses bras, quand elle eut enfin fini.

    Maï marqua la fin de son déshabillage en demandant à Mitsuga ce qu'elle voulait qu'elle fasse après. Elle promettait même d'obéir, bien que la kunoichi pouvait trouver quelques idées pour qu'elle recommence à hésiter, avant de peut-être s’exécuter, bien qu'elle se doutait que, à un moment, elle finirait par atteindre les limites de l'acceptable, pour la jeune fille. Il serait intéressant d'essayer de voir où était cette limite, mais Mitsuga n'avait pas spécialement envie de juste rester là, à la regarder obéir aux ordres qu'elle pourrait trouver.


    "Ce que je veux que tu fasses? Laisse-moi réfléchir..."


    Mais Mitsuga n'allait plus lui demander quelque chose, à présent, mais agir d'elle-même. Elle lui releva le menton, pas spécialement pour essayer de l'obliger à la regarder, mais pour l'embrasser, sa main quittant vite le menton de la jeune fille, pour glisser plus bas. Alors qu'elle reprenait l'un des seins de Maï en main, pour le malaxer comme elle l'avait déjà fait quand elle était habillée, l'autre main alla plus bas, pour retrouver celle de la jeune fille qui lui cachait l'intimité, lui prenant le poignet pour guider la main, la faisant se caresser elle-même, changeant son attitude chaste à un geste obscène. Tout en pétrissant le sein de Maï, Mitsuga le fit sortir de derrière son bras, le faisant dépasser par-dessus, et cessa d'embrasser la jeune fille, pour lui lécher le téton. La shinobi sortait de sa phase passive, et espérait bien se montrer active.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Lun 30 Nov - 18:58
    La kunoichi semblait déçue. Pourquoi donc ? Mon corps lui plait moins à présent nu ? A moins que ce ne soit ma prestation. Peut-être oui, elle aurait sans doute voulu un strip-tease plutôt que simple un déshabillage … Oui mais si on avait été que toutes les deux, j’aurais pu faire bien plus, et être largement plus entreprenante. Plus perverse, plus désireuse de plaisir charnel comme elle semble en attendre. Hors nous étions dehors, avec un public.
    Soudainement, Mitsuga vint me redresser le menton et m’embrasser à pleine bouche. Sur le coup je fus très surprise, mais rapidement je me laissais faire. J’aimais cette sensation de domination, faisant de moi son jouet, sa petite créature. Quoi que non, je n’aimais pas ça, j’adorais ça. J’infiltrai ma langue dans sa bouche après quelques échanges baveux pour jouer avec la sienne pendant que je sentais la main revenir pétrir mon sein droit. Je me laissai faire, j’en oubliai même les gens qui nous observaient. Les yeux clos, il n’y avait plus que Mitsuga et moi dans une parade purement sexuelle entre femmes.

    La seconde main de la ninja descendit le long de mon ventre jusqu’à la mienne entre mes jambes, et par des mouvements habiles elle me faisait me caresser plutôt que me cacher. Comme elle est douée. Et si belle. Je suivis ainsi ses gestes, remuant mes doigts contre mon sexe et appuyant partout où cela faisait du bien. En même temps la kunoichi quitta mes lèvres pour venir lécher l’un de mes tétons. Les frissons et le plaisir furent au rendez-vous, j’en laissai même échapper un gémissement, sans le vouloir.
    Mon bras qui cachait au début ma poitrine tomba, libérant totalement celle-ci, et à la place je vins masser la sienne. Si grosse, si lourde. C’est impressionnant, et si excitant à la fois.
    J’accélérai mes mouvements entre mes cuisses tout en remuant mes doigts sur les pointes qui se formaient sous le haut de Mitsuga. Je voulais lui faire plaisir, je voulais lui montrer que je n’étais pas aussi cruche et inutile qu’elle pourrait le penser.

    « Sen-Sensei, est-ce que vous voulez que … aah que je vous lèche encore le sexe ? » Articulai-je au milieu des gémissements. « Ou que je vous fasse des trucs plus cochons encore, comme un fist ? Ou … ou qu’on se frotte le sexe l’une à l’autre ? »

    Mon rythme cardiaque s’accélérait progressivement, mon entrejambe devenait de plus en plus humide, à tel point que ça commençait à ruisseler et à couler le long de mes cuisses.
    J’avais envie d’elle. Ça ne ressemblait plus franchement à un paiement d’ailleurs puisque j’en éprouvais du plaisir. Mais vu comme elle me stimule, ça ne peut en être autrement, à moins qu’elle ait une autre idée derrière la tête. Quoi qu’il en soit, j’obéirai au moindre de ses ordres, même retourner lui lécher l’anus.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 86
    Date d'inscription : 04/01/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: libre
    Orientation Sexuelle: bi
    Fantasmes:
    Kiri no Shinobi





    Hõzuki Mitsuga
    Kiri no Shinobi
    Mar 1 Déc - 17:01
    Embrasser Maï sembla vite dissiper sa gêne, la jeune fille, peut-être par réflexe, participant très vite d'elle-même au baiser. De la même manière, l'exploration de son corps la mit très vite en condition, Maï se caressant d’elle-même l'intimité, la kunoichi n'ayant sans doute plus besoin de lui guider la main, pour l'inciter à le faire. Elle cessa même complétement d'essayer de se cacher, sa main libre venant jouer avec les seins de Mitsuga, qui semblaient intéresser la jeune fille. En à peine quelques secondes, elle avait cessé de se dissimuler à la foule, pour se laisser aller à une vraie débauche en public. Pas de doute, la jeune fille avait l'habitude de payer en nature, il suffisait qu'elle soit un peu mise en condition, pour s'en rendre réellement compte.

    Bien que Maï lui demanda ce qu'elle voulait qu'elle fasse maintenant, Mitsuga ne répondit pas, ne cessant de lui lécher le téton que pour passer à l'autre, aspirant une partie de son sein en bouche, sans arrêter d'en titiller l’extrémité de la langue. Elle n'avait rien de spécial à lui demander pour le moment, elle s'amusait à s'occuper du corps de la jeune fille, et celle-ci, sans rester inactive, se laissait faire. Il n'y avait rien de plus à lui demander. Mitsuga ne manqua de remarquer qu'elle sentait du liquide couler le long de sa main, Maï mouillait déjà, et en abondance. Il était difficile d'imaginer que c'était juste l'effet  de ses doigts sur son intimité, la situation, et sans doute ce qu'elle avait fait avant, avait déjà dû l'émoustiller, et plus qu'un peu. Mitsuga ne s'arrêta pas là, guidant la main non plus contre l'intimité de Maî, mais glissant lentement ses doigts en elle, pour qu'elle explore son propre corps. La shinobi l'aurait d'ailleurs sans doute fait elle-même, mais elle trouvait pour le moment plus intéressant de laisser la jeune fille faire, puisqu'elle semblait savoir naturellement ce qu'elle devait faire, et connaissant sans doute mieux les parties les plus sensibles de son corps.

    De son autre main, Mitsuga pinça le téton de Maî qu'elle avait léché en premier, jouant à le faire rouler sous ses doigts, tirant parfois dessus. Elle finit par sortir le sein de Maï de sa bouche, donnant encore quelques coups de langue dessus, avant de regarder la jeune fille dans les yeux, lui souriant en passant sa langue ses propres lèvres.


    "Pour le moment, contente-toi de te préparer."


    Mitsuga poussa un peu plus les doigts de Maï en elle, montrant bien ce qu'elle entendait par se préparer, et donna un nouveau coup de langue sur le téton. Sa main lâcha le sein de la jeune fille, et la shinobi releva un peu le bas de son T-shirt, avant de guider l'autre main de Maï, la faisant lâcher son sein, mais pour le lui rendre, après avoir guidé la main sous le T-shirt, pour qu'elle aie un meilleur contact avec.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Jeu 3 Déc - 18:37
    J’obéirai. Oui j’obéirai. Peu importe ce qu’elle demande, j’obéirais. C’est ce que je fais de mieux, c’est ce que j’aime le plus. Obéir à quelqu’un, lui offrir mon temps, mon corps, ma chaleur, mes compétences. Mitsuga semblait aimer ça, je remontais dans son estime et ça m’excitait encore plus. Cela ne s’arrangea quand elle poussa mes doigts à entrer à l’intérieur de mon sexe plutôt que simplement le caresser. Les deux premières phalanges de mon majeur et de mon annulaire vinrent ainsi s’installer en moi, puis ressortir et re-rentrer, dans un balai de va-et-vient de plus en plus rapide à mesure que le plaisir grimpait.
    Je due également subir les assauts langoureux de la Kunoichi sur mes seins, sur mes tétons. Elle aimait ma poitrine, ça ne faisait aucun doute. Dire vulgairement que je me faisais manger les nichons n’étaient pas si loin de la vérité. Je sentais ses dents titiller mes auréoles, ses doigts et ses ongles percer sur l’autre quand le premier est aspiré entre les lèvres pulpeuses de celle qui doit normalement me servir de sensei ensuite.

    J’en avais les pommettes de plus en plus rouges, en imaginant que ce soit possible. Mon rythme cardiaque accélérait encore alors que je continuais de me masturber devant tout le monde. C’était atrocement excitant, faire ce que je fais d’ordinaire dans ma chambre, à l’abri de tout regard en attendant mon papa, je le faisais ici, en pleine rue et avec un public très enthousiaste. Mon dieu je suis une exhibitionniste … exhibitionniste et perverse. Pour autant cela ne semblait pas la gêner, à voir comme elle prend ma main qui jusque là lui massait un sein, pour la glisser sous ses vêtements et la reposer dessus. Ça alors, aucun soutien-gorge non plus ! Et cette poitrine, si moelleuse, si chaude et si grosse que j’avais simplement envie de me blottir dedans et ne plus jamais en ressortir.

    « Pa-pardon … je vous mouille les doigts avec mon jus … je … je suis désolée Sensei. »

    C’est bien vrai, elle appuyait tellement sur mes doigts entre mes cuisses que toute ma cyprine s’en échappait et dégoulinait de là, arrosant au passage autant ma main que la sienne. Cela rajoutai un côté honteux à la situation déjà très si particulière. Je vins titiller et pincer en douceur le téton qu’elle m’offrait. Je voulais lui faire plaisir, c’est pourquoi, d’un geste aussi rapide qu’habile, je remplaçai mes doigts entre mes cuisses par les siens, et j’appuyai dessus pour qu’elle m’explore le vagin par elle-même.
    Un petit sourire empli de désir s’étira sur mon visage, avant que je ne vienne à nouveau embrasser la kunoichi à pleine bouche. Ma langue ne tarda pas à s’infiltrer chez elle, venir danser avec sa semblable dans un balai d’érotisme et de salive. Il me fallut seulement quelques secondes également pour que ma main entre mes cuisses lâche celle de Mitsuga, la laissant en place à l’intérieur, pour venir masser à nouveau son sexe. Elle était toujours humide, un peu moins que tout à l’heure mais c’était largement assez. Ainsi j’entrai mes doigts en elle, et commençai à la masturber pendant qu’elle-même me masturbait.
    Collée l’une à l’autre, nos lèvres encore en contact et les mouvements buccaux à l’intérieur qui ne laisse pas de place au doute. Il me manquait juste quelques centimètres pour que nos poitrines soient à la même hauteur, dommage.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 86
    Date d'inscription : 04/01/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: libre
    Orientation Sexuelle: bi
    Fantasmes:
    Kiri no Shinobi





    Hõzuki Mitsuga
    Kiri no Shinobi
    Dim 6 Déc - 17:23
    Bien qu'elle guidait encore la main de Maï, Mitsuga n'en avait sans doute plus besoin. la jeune fille, les doigts à présent en elle, se doigtait très bien toute seule, et elle y mettait toute son énergie. Même si elle n'en avait pas l'intention, la kunoichi pourrait sans doute la laisser seule, elle arriverait bien à se faire plaisir sans elle. Enfin, rouge comme elle était, si Mitsuga la laissait seule, Maï cesserait sans doute de se faire plaisir, pour aller se mettre à l'abri des regards indiscrets qui profitaient du spectacle. La shinobi guidait finalement plus psychologiquement la jeune fille qu'elle le faisait physiquement. Mitsuga avait déjà commencé à sentir la cyprine de Maï, qui s'écoulait de son entre-jambe, quand celle-ci s'en excusa. Mais la shinobi ne s'en souciait pas tellement, elle se doutait bien que ça finirait par arriver, et ça aurait même fini par être vexant que ça ne lui fasse aucun effet.

    Et après s'être excusée, Maï aggrava les choses, en remplaçant ses doigts par ceux de Mitsuga, en la guidant. Si avoir trempé les doigts de la kunoichi avec la mouille qui sortait d'entre ses cuisses était vu comme une faute, il était préférable de ne pas imaginer ce qu'il en était de totalement les asperger, en les enfonçant en elle. Mitsuga ne s'arrêta cependant pas sur la question, et commença à agiter ses doigts en elle, les faisant aller et venir rapidement, et les écartant de temps en temps en elle, constatant qu'elle était déjà bien préparé, malgré qu'elle ne se faisait pas doigter depuis longtemps. Son corps était vraiment très réactif, on voyait qu'il avait l'habitude de servir de moyen de paiement. La jeune fille, tout en embrassant encore la shinobi, s'était remise à titiller son intimité, y introduisant à nouveau ses doigts. Les deux filles étaient à présent en train de se masturber l'une l'autre, Mitsuga gémissant contre les lèvres de Maï, alors qu'elle sentait de nouveau ses doigts bouger en elle.

    Mitsuga finit par lâcher le sein de Maî, avant de venir se coller à elle, écrasant sa poitrine contre celle de la jeune fille. Elle se frotta doucement contre Maï, leurs cuisses et leurs seins se caressant l'un sur l'autre, tandis que sa main descendait lentement le long du corps de la jeune fille, passant par ses flancs, sa croupe, pour finalement trouver ses fesses, que deux doigts pénétrèrent sans attendre, écartant sans douceur le petit trou pour se frayer un chemin dans l'anus, et la doigter, au même rythme qu'elle lui masturbait déjà l'entre-jambe.

    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Mer 9 Déc - 18:07
    Quel doux moment, cette débauche de perversité, toutes deux occupées à satisfaire notre libido sans plus chercher à se cacher. Enfin, moi je ne cherchais plus à me cacher. Mitsuga elle, elle n’avait jamais commencé. Je suivais son exemple, comme une élève s’inspire de son maître. Ou en l’occurrence de sa maitresse. En plus ses doigts semblent légèrement plus longs que les miens, s’enfoncent plus profondément encore dans mon intimité. Tandis que notre baiser ne s’interrompt pas. Seuls quelques furtifs arrivent encore à s’échapper de ce contact baveux où nos langues s’emmêlent. Je faisais de mon mieux pour explorer l’antre de la kunoichi, pour écarter ses lèvres intimes et stimuler son clitoris.

    Pendant ce temps, elle, elle lâcha mon sein et vint se coller toute contre moi. Son imposante poitrine faillit presque m’étouffer en s’écrasant contre la mienne. Cependant je pouvais à présent embrasser pleinement ses rondeurs sans difficulté, ce que je ne me privai pas de faire.
    Mitsuga descendit l’une de ses mains dans mon dos, sur mes reins, sur mes fesses ensuite et les écarter.

    « Anh ! » Poussai-je soudainement quand elle m’enfonça deux doigts dans l’anus sans prévenir.

    Je m’agrippai à ses épaules, le visage dans ses seins, pendant qu’elle se mettait à me fouiller le fondement. Non … non pas mon cul … elle va s’apercevoir que c’est mon orifice le plus utilisé et le plus sensible. Ah, d’une main je rejoignis la sienne dans mon dos, et restai un moment là à simplement la tenir. Elle devait peut-être s’attendre à ce que je la lui retire, mais il n’en fut rien. C’est plutôt l’inverse qui se produisit car plutôt que je tirer sur ses doigts, j’appuyai dessus afin de les faire s’enfoncer plus loin en moi. Je forçai même sur son index pour qui y entre aussi, rejoindre son majeur et son annulaire. Bon sang c’est pourtant si bon.

    Je n’arrivai même plus à masturber convenablement Mitsuga, tellement j’étais parcourue de frisson et de plaisir dû à ce double tripotage, à la fois dans mon vagin et dans mon anus. Si cela continuai, je n’allais vraiment pas tarder à jouir à mon tour. Mais est-ce qu’elle me laisserait avoir un orgasme ? Les maitresses comme elle aiment en général s’arrêter juste avant, pour donner un intense sentiment de frustration et avoir sans difficulté les petites perverses comme moi à leurs bottes.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 86
    Date d'inscription : 04/01/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: libre
    Orientation Sexuelle: bi
    Fantasmes:
    Kiri no Shinobi





    Hõzuki Mitsuga
    Kiri no Shinobi
    Jeu 10 Déc - 18:40
    Si Mitsuga ne s'attendait pas à ce que Maï reste impassive à l'intrusion dans son petit trou, elle ne s'attendait pas non plus à une telle réaction. La kunoichi aurait presque pu croire que la jeune fille venait d'avoir un orgasme, si les doigts qui fouillaient dans son intimité ne confirmaient qu'elle n'avait pas encore ouvert totalement les vannes, et, loin de résister, elle guida Mitsuga, pour qu'elle lui doigte le cul avec plus d'ardeur que ce qu'elle ne faisait. Loin de ne pas offrir ce qu'elle voulait à Maï, la shinobi avait à présent trois doigts dans son cul, et elle remplir son intimité de la même manière. La jeune fille semblait au bord de l'explosion, bien qu'elle n'aie pas encore atteint la septième ciel.


    "Mmh, on dirait que tu as le cul plutôt sensible, non?"


    C'était un peu énoncer l'évidence, mais Mitsuga se sentait bien de faire savoir à Maï que ça se voyait. Elle ponctua sa remarque en commençant à lui doigter l'anus plus rapidement, ses doigts s'occupant de l'intimité suivant le rythme, alors que ses seins se frottaient autant à ceux de Maï qu'à son visage, qu'elle semblait soudain enfuir dedans, comme pour le cacher. Mais Mitsuga n'avait pas besoin de voir son visage pour savoir qu'elle aimait ce qu'elle subissait, son corps parlait pour elle, ou peut-être ne parlait pas, le fait que la jeune fille se soit arrêtée de la masturber prouvant aussi qu'elle approchait des limites de son endurance.

    "Tu te rends compte qu'il va prendre cher, maintenant que je le sais?"
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Ven 11 Déc - 20:51
    Mmh, voilà qu’elle entre également un troisième doigt dans mon vagin. Mon dieu c’est trop génial. J’en bavais presque sur les seins de la kunoichi, tellement j’étais parcourue de frisson érotique. C’était à la fois terriblement gênant et tout autant flatteur. Je crois même que c’est cette gêne qui me procure le plus de plaisir. Me faire doigter les orifices en pleine rue, et avec un public des plus observateurs. J’entendis à peine Mistuga demander si effectivement j’avais le cul sensible. Mes gémissements furent la seule réponse que je réussi à prononcer.

    Mes jambes flageolaient, je sentais que j’allais jouir, que je perdais pied. Ma respiration se faisait de plus en plus rapide, de plus en plus saccadée, et ma nouvelle Sensei s’amusait à accélérer encore le mouvement de ses doigts en moi. D’un air presque suppliant, au bord de l’extase, je remontai les yeux vers elle. Elle me disait que mon cul allait prendre cher maintenant qu’elle le savait.
    Un sourire terriblement pervers s’afficha progressivement sur mon visage :

    « Aaah oui … Je vous en supplie … anh faites en votre trou favori … sensei j’adore tout … mmmh tout ce qui ressemble à de la sodomie. Amusez-vous avec s’il … s’il vous plait. »

    C’était vraiment ma faiblesse. Je préférais presque plus me faire prendre le cul que le sexe. C’était bien plus sensible, plus étroit, plus intime encore. Et tout ce qui y entrait était susceptible de me provoquer un orgasme dans les secondes qui suivent. Même une main entière lors d’un fist anale, oui.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 86
    Date d'inscription : 04/01/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: libre
    Orientation Sexuelle: bi
    Fantasmes:
    Kiri no Shinobi





    Hõzuki Mitsuga
    Kiri no Shinobi
    Dim 13 Déc - 22:51
    Malgré que Maï semble avoir complétement perdu le contrôle, elle tenait encore bon, et arrivait même encore à parler. Même si son petit trou était sensible, on pouvait voir qu'elle avait une certaine habitude. Ça n’empêchait pas Mitsuga de continue de la doigter, toujours plus rapidement, motivée par les gémissements que la jeune fille ne pouvait plus retenir, et lui rendait le sourire pervers qu'elle tentait de lui adresser.

    "Mon trou préféré? Il y a beaucoup de candidats pour cette place, tu sais?"


    Mitsuga n'en était pas sûre malgré tout, elle ne recevait pas si souvent que ça ce genre de demande, même si elle se doutait que pas mal de trous, ou plutôt leur propriétaire, aimerait d'une certaine manière avoir sa préférence, et surtout qu'elle les visite plus tôt. Mais, que les autres trous convoitent ou non la place n’empêchait normalement pas la shinobi d'en tenir compte. Un tel titre ne devait de toute façon pas revenir au trou qui le demandait, mais à celui qui le méritait vraiment. Mais bon, en fait, Mitsuga ne choisirait probablement pas un trou pour en faire son préféré, elle se connaissait assez bien pour savoir que ses préférences dépendaient aussi de ses envies, qui pouvaient vite changer d'une fois à l'autre, parfois sur des critères plus que hasardeux. Mais la kunoichi ne voyait malgré tout pas de problème à laisser sa chance à l'anus de Maï, même si elle savait que ça n'aboutirait pas à grand chose.

    "Alors, dis-moi, pourquoi devrais-je choisir ton trou, plutôt qu'un autre?"


    Tout en posant sa question tout droit sortie d'un entretien d'embauche, Mitsuga poussa avec plus de force ses doigts en elle, explorant bien l'anus et l'intimité de la jeune fille, écartant ses doigts, pour bien lui dilater les trous. Maï avait déjà eu des propos surprenant, et écouter ce qu'elle avait à dire sur son cul promettait d'être intéressant.
    Revenir en haut Aller en bas





    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Naruto Hentai
  • Histoires v1
  • -
    Sauter vers:
    La date/heure actuelle est Lun 16 Juil - 14:48